Ken Bruen, le retour de Brant

« Angie James était gravement dérangée. »

Malheureusement pour Roberts et ses collègues, elle s’est associée à deux truands sans envergure et a décidé d’extorquer du fric à leur commissariat. Résultat, des bombes commencent à exploser tout autour, et pour mener l’enquête Roberts a l’embarras du choix : l’agent Falls qui tente d’oublier ses problèmes dans la vodka ; l’inspecteur Porter Nash qui a des problèmes de santé ; l’agent McDonald qui fait toujours preuve d’une bêtise affligeante … Ou il plonge dans l’inconnu, l’imprévisible, avec Brant. Bref, Angie n’a pas finit de faire tourner la police londonienne en bourrique, et forcément, Brant va rentrer dans la danse.

Ceux qui n’aiment pas la série R&B n’aimeront pas, les autres adoreront, c’est du R&B pur jus. Pour ma part, j’ai choisi mon camp, j’adore ça. C’est réjouissant, méchant, allumé et totalement incorrect. On le lit d’une traite, et on ne s’aperçoit qu’à la fin que Ken Bruen accumuler les clichés pour mieux s’en amuser. Jugez plutôt, ne serait-ce que la composition de l’équipe de flics :

Roberts a des problèmes de relations avec un chef obtus. Il y a un homosexuel, une noire (ce qui permet de rassembler en un personnage la femme et le représentant d’une minorité), un imbécile, une nouvelle recrue. Impossible de faire plus cliché. Mais il y a aussi le bâton de dynamite : Brant. Qui déteint sur les autres, et finit par rendre tout le monde complètement cinglé.

Du coup chez Bruen les relations entre la police et les civils sont tout sauf consensuelles. Voilà ce que Falls, qui s’aperçoit avec horreur qu’elle ressemble de plus en plus à Brant, pense de tous ceux qui ne sont pas flics :

« – Ses intentions étaient peut-être bonnes.

–  Il fait partie de la population … Elle n’a jamais de bonnes intentions. »

Et quand ladite population se trouve en contact avec cette équipe de branques, la réaction est la suivante :

« – Si ce sont les bons, puisse Dieu nous venir en aide »

Le lecteur sait, lui, que face à Brant et sa bande, personne ne peut leur venir en aide !

Une fois de plus donc Ken Bruen, tout en respectant à lettre les codes du roman procédural tel que l’a « inventé » le génial Ed McBain, et tel que l’ont ressassé jusqu’à la nausée les copieurs sans talent et les scénaristes de séries télé sans imagination, dynamite le genre (l’expression est particulièrement adapté pour cet opus), pour mieux le prendre à son compte et lui rendre le plus bel hommage qui soit.

Car si les enquêtes sont souvent minces, et ne doivent leur résolution qu’à la bêtise des truands qui, miraculeusement, surpasse celle des policiers, si l’on rit beaucoup, si l’on a l’impression de ne lire qu’une farce, on s’aperçoit, peu à peu que, comme chez son grand inspirateur, les personnages prennent de l’épaisseur, gagnent en humanité et en noirceur et que la tragédie s’invite, l’air de rien, dans cette comédie loufoque.

Ken Bruen est grand, Brant est son prophète.

Ken Bruen / Vixen (Vixen, 2003) série noire (2008). Traduit de l’anglais (Irlande) par Daniel Lemoine.

2 réflexions au sujet de « Ken Bruen, le retour de Brant »

  1. Meyer Meyer

    Je viens de me faire toute la série des R&B. quelle jouissance ! C’est vrai que les intrigues sont minces mais que le plaisir de lecture est grand et que ces flics sont ripoux Je ne souhaite qu’une chose : ne pas tomber entre les mains de Brant et de Falls. Il faudra que je retourne du côté de chez Jack Taylor dont les 2 romans que j’ai lu ne m’ont pas emballés. En attendant, pour rester du côté Irlandais j’ai commencé « une terre si froide » d’Adrian McKinty dont les 100 premières pages sont plus que prometteuses (en tout cas j’accroche plus qu’avec demain je serai peut être mort). Avec tout ça je vais finir par me mettre à la Guinness.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Ah ! On ne peut pas ne pas tomber sous le charme de Brant ! Je crois que la scène d’ouverture chez un psy qu’on l’oblige à aller voir, ou le choc avec la flic très politiquement correcte de New York resteront à jamais dans ma mémoire.
      Et Jack Taylor et grand et McKinty aussi !

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s