John Burdett revient

Depuis sa première apparition dans Bangkok 8, Sonchaï Jitpleecheep, flic dans le 8° district de Bangkok créé par l’anglais John Burdett est sans doute un des personnages les plus originaux du polar mondial. Il revient, une troisième fois, dans Bangkok psycho.

Il est toujours flic dans le 8° district de Bangkok, sous les ordres du tout puissant colonel Vikorn. Il est aussi toujours actionnaire du bordel que tient sa mère. Toujours boudhiste, et toujours le seul flic incorruptible de Bangkok. Ce qui en fait un être assez à part. Il est rare qu’il perde son calme, ou soit étonné. Et pourtant … Il vient de recevoir un DVD, contenant un snuff movie où Damrong, une prostituée dont il avait été désespérément amoureux, est mise à mort. Et même s’il semble être le seul à s’intéresser au sort de Damrong, même s’il doit se heurter à de très puissants personnages, Sonchaï est bien décidé à découvrir qui a organisé cette horreur.

Et allez, un snuff movie, un flic amoureux d’une pute, encore du sensationnel, du rabattu, du rabâché, de la perversion pour voyeurs … C’est vrai, on a tout ça, mais c’est en même temps une erreur. Une grave erreur.

Certes, avec un tel point de départ, il se pond du thriller plus ou moins frelaté au kilomètre. Mais John Burdett est d’une toute autre trempe, ceux qui ont lu Bangkok 8 et Bangkok Tatoo le savent.

Apprêtez vous donc à une plongée de plus dans l’enfer bouillonnant d’énergie de Bangkok, dans un ouragan de bruits, d’odeurs, de saveurs. Préparez vous à prendre de plein fouet le choc des civilisations occidentales et Thaïs, préparez vous à l’immersion dans un monde incompréhensible, et que pourtant l’auteur arrive à nous faire percevoir. Préparez-vous aux pires horreurs générées par la misère, la guerre, le désespoir …

… et en même temps préparez vous à l’énergie souriante la plus euphorisante qui soit. Préparez vous à l’humour, à l’amour et à la critique la plus radicale de nos manières d’occidentaux, mais également à celle des tares d’une société thaï corrompue jusqu’à l’os.

Préparez-vous à abandonner vos certitudes. Et préparez vous à de sacrés surprises, et un traitement totalement nouveau d’un thème pourtant usé (et abusé) jusqu’à l’os. Préparez-vous, puis lisez, Bangkok psycho, sans faute.

John Burdett / Bangkok psycho, (Bangkok haunts, 2007) Presses de la cité/Sang d’encre (2009), traduit de l’anglais par Thierry Piéla.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s