Le retour des Lames du Cardinal

J’ai déjà dit ici même le plus grand bien de Pierre Pevel et des Lames du Cardinal. J’en attendais la suite avec impatience. La voici avec L’alchimiste des ombres.

Le règne de Louis XIII se poursuit, malgré les guerres qui se préparent, l’hostilité de l’Espagne et les nombreux complots contre le roi, et surtout son premier ministre le cardinal de Richelieu. Parmi les ennemis les plus dangereux du royaume, la Griffe Noire. Cette société secrète sert les dragons, une race très ancienne, qui contrôle toute la cour espagnole, et est pour l’instant tenue en échec en France.

En cette année 1633, La Fargue et les Lames du Cardinal, une demi douzaine d’hommes et de femmes regroupant les meilleurs escrimeurs de France doivent rencontrer une aventurière italienne qui prétend avoir des documents prouvant qu’un complot contre le trône de France est en cours. Les Lames auront fort à faire contre un adversaire redoutable que La Fargue connaît bien. Un dragon connut sous sa forme humaine comme l’alchimiste des Ombres.

Une fois de plus du grand, très grand spectacle. Combats, complots, magie, suspense … Comme chez le grand Dumas à qui il est rendu hommage. Sans jamais tomber dans le pastiche, avec un vrai talent et une bien belle écriture.

Pierre Pevel maintient dans ce second volet des Lames du Cardinal tout l’intérêt du premier roman, et confirme que l’on peut, aujourd’hui, écrire un roman de cape et épée fascinant.

On sent derrière l’apparence facilité de l’écriture toute une recherche et une grande érudition parfaitement digérées, qui enrichissent le récit et lui donnent de la chair. On sent la puanteur parisienne, on voit les ruelles, les enseignes, on croit aux fêtes des Grands du royaume … Tout sonne vrai, solide. Le fantastique vient pimenter la sauce, apporte une dimension supplémentaire, un métissage fort bien venu.

Avec cette nouvelle série, Pierre Pevel confirme entièrement le talent que lui connaissent ceux qui ont déjà lu et apprécié sa série consacrée à Wielstadt. Et comme une bonheur n’arrive jamais seul,  de toute évidence, il y a une suite !

 Pierre Pevel / L’alchimiste des Ombres, Bragelone (2009).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s