Bière, Sexe et Heavy Metal

Quand j’ai vu arriver un nouveau roman de Mark Haskell Smith je me suis réjoui. Parce que je m’étais déjà régalé avec A bras raccourci et Delicious. J’avais raison, son dernier, Salty, est fait du même métal.

Turk n’est pas un intello. Ni un aventurier. C’est juste une rock star, bassiste DU groupe de hard rock. Turk est aussi richissime. Son psy l’ayant convaincu qu’il souffrait d’une addiction au sexe, il a accepté de faire une cure, et de se marier avec Sheila, ex top modèle, qui elle se trouvait en cure pour arrêter la coke. Résultat, après un an de monogamie, Turk se retrouve à suer sur une plage de Thaïlande, écrasé par la chaleur et ses kilos de lard, en attente de sa salvation, à savoir la prochaine bière glacée.

Sheila de son côté est parti faire une excursion à dos d’éléphant. Elle est comme ça Sheila, où qu’elle soit, il faut qu’elle fasse des trucs. Sauf que celui-là tourne mal et qu’elle se fait enlever par des pirates qui réclament une rançon.

D’insupportables complications en perspectives, d’autant plus que Turk va croiser un agent plus ou moins secret et complètement parano, un mercenaire australien passablement défraichi, et des hordes de fans aux seins nus qui ne demandent qu’à le faire retomber dans son addiction. Et tout ça alors que pour être heureux Turk n’a besoin que de deux choses : une bière glacée et une basse branchée à un ampli énorme …

Après la Californie (A bras raccourcis) et Hawaï (Délicious), Mark Haskell Smith nous amène donc en Thaïlande. Je ne vous raconterai pas qu’on a là le chef d’œuvre de l’année, ni même la révélation du semestre. Par contre, je vous garantis une lecture des plus plaisantes.

Avec un face à face réjouissant entre quelques touristes américains (très américains) et les locaux. Un face à face parfois sanglant, toujours truculent, souvent drôle, mais qui sait aussi être méchamment acéré (essentiellement pour ses compatriotes). Un face à face qui en dit long sur l’Amérique et son mode de vie, ses média, son showbiz, ses névroses, ses psychoses post 11 septembre …

Les péripéties s’enchaînent, les affreux en prennent pour le grade (le sort qu’il leur réserve fait penser au grand Carl Hiaasen), c’est extrêmement sensuel (l’auteur écrit très bien sur la table et le lit) et on finit par se prendre d’affection pour ce gros bébé de Turk et ses accompagnateurs. Un vrai bon moment de lecture.

Mark Haskell Smith / Salty  (Salty, 2007), Rivages/Thriller (2010), Traduit de l’américain par Julien Guérif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s