Je suis une légende

… Mais non, pas moi, c’est Robert Neville qui le dit.

Vieux motard que jamais comme on dit sur la route. J’en avais entendu parler, on me l’avait conseillé, on m’avait même ordonné de le lire, et je ne l’avais pas encore fait … Et on avait raison. IL FAUT LIRE Je suis une légende de Richard Matheson !

Robert Neville est le dernier homme sur Terre. Une épidémie a ravagé notre planète, transformant ses habitants en vampires assoiffés de sang. Dans la journée, Neville renforce les défenses de sa maison, veille sur ses provisions, tente de les débusquer pour les tuer d’un pieu dans le cœur. La nuit, il se calfeutre chez lui en essayant de ne pas les entendre qui hurlent derrière ses murs. En essayant de trouver un sens à sa survie. En essayant d’oublier qu’il a eu une femme et une petite fille …

Quelle claque ! Description saisissante d’un monde détruit, où le dernier survivant lutte autant contre ses peurs, ses hantises et ses propres démons que contre les hordes qui l’attendent au dehors. Pris en tenaille entre l’horreur extérieure et la folie qui le ronge il est en permanence sur le fil du rasoir.

Présenté comme ça, on pourrait penser que le roman est répétitif. Dans ce monde où rien ne peut plus changer, où les jours ne varient que par leur météo, et les nuits sont désespérément semblables, on devrait se lasser. Que nenni. L’auteur maîtrise parfaitement sa progression narrative, arrive à installer un suspense, et le lecteur, captivé, ne peut plus lâcher le bouquin.

Quand à la fin …

Il y a des romans qui suscitent une grande attente, beaucoup d’espoirs, dont on se demande avec impatience et anxiété comment l’auteur va pouvoir tenir, comment il va réussir une fin à la hauteur de ce qui précède … Et qui finalement retombent un poil (ou même parfois beaucoup) à la fin.

Et puis il y a ceux qui, dans la dernière page, en plus, vous assènent le coup de grâce qui vous emporte, vous bluffe ou vous met KO. Je suis une légende fait partie de cette catégorie, et je ne pense pas être encore remis de la fin. Si je m’en remets un jour …

Richard Matheson / Je suis une légende  (I am legend, 1954), Folio/SF N°53 (2009), Traduit de l’américain par Nathalie Serval (nouvelle traduction).

2 réflexions au sujet de « Je suis une légende »

  1. maclure

    Bonjour
    Je dois avouer une certaine déception a la lecture de ce livre. L’histoire est intéressante mais le style n’est pas folichon ( de mon point de vue) voire assez quelconque. J’ai été jusqu’au bout mais avec un certain ennui ( je n’avais aucunes difficultés a lâcher le bouquin) . Ceci étant le livre précédent de ce type que j’ai lu c’est « la route » de Mc Carthy , une claque et un style….C’est la première fois dans ma ( longue) carrière de lecteur que j’ai fait des cauchemars liés a lecture de ce livre!
    Bon l’avantage avec Matheson c’est que je ne risque rien de ce coté.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      C’est vrai qu’il n’y a pas grand chose de commun avec La route, sauf la thématique post apocalyptique.
      J’ai aimé les deux, et j’ai beaucoup aimé la chute.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s