Pas de résurrection pour Lazare

Stéphanie Benson est anglaise, vit en France, écrit en français et a « réglé ses comptes » avec l’Angleterre de la Dame de Fer dans deux romans indispensables : Si sombre Liverpool et Brumes sur la Mersey. Mais elle ne s’est bien entendu pas arrêté là, Le dossier Lazare en est la preuve.

Lazare, immigré yougoslave, lycéen de 16 ans, rentre une jour chez lui, abat ses grands-parents, son père et sa petite sœur, puis retourne l’arme contre lui. L’inspecteur Nomane, fils de harki à la vie chaotique est chargé de boucler l’enquête. Or Lazare s’est raté et se trouve au CHU de Toulouse, dans le coma. Un lien étrange s’établit entre le policier, que sa femme vient de quitter, et le jeune homme inconscient. Lazare lui annonce des crimes à venir, et le supplie d’empêcher le Mal d’avancer, alors même que le policier s’enfonce dans la folie, et l’envie de meurtre …

Stéphanie Benson au sommet de son art, et ce n’est pas peu dire chez cet auteur. Un plongée éprouvante au cœur de la folie, collective et individuelle, au cœur de la souffrance. N’attendez aucune rémission, aucune éclaircie, tout va de mal en pis, de plus en plus sombre. Rien ici ne peut réparer les blessures du passé, les plaies de l’histoire, et tout ne peut finir que dans le sang.

Ne cherchez pas de personnage positif, de branche à laquelle vous raccrocher, il n’y en a pas. Nomane est un bloc de haine, de soi et des autres, un bloc sculpté par l’histoire, par le mépris dans le regard des autres, par la frustration et le ressentiment. On referme le bouquin éprouvé, secoué.

Stéphanie Benson réussit sans peine à faire accepter son postulat fantastique, grâce à la cohérence de l’ensemble et à une écriture qui fait mouche, passant avec fluidité d’un monde onirique à la réalité la plus triviale, du fantastique au réel crasseux, du rêve au cauchemar …

Ce n’est certainement pas un hasard si, même si elle écrit en français, Stéphanie Benson est une compatriote de Robin Cook. Un compliment à double facette tant il pourrait se révéler écrasant. Il n’en est rien.

Stéphanie Benson / Le dossier Lazare, Rivages/Noir (2001).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s