Les lames du cardinal, suite et fin.

Voici la conclusion d’une magnifique trilogie : après Les lames du Cardinal et sa suite L’alchimiste des ombres, Pierre Pével conclue en beauté avec Le dragon des Arcanes.

Les lames avaient réussi à stopper l’Alchimiste, un puissant dragon au centre d’une intrigue visant la Reine de France. Mais un énorme dragon noir est venu le tuer soufflant sa prison, et tuant dans le même temps Almadès, le second de la Fargue, Capitaine des Lames. Depuis c’est l’hécatombe : Agnès est faite prisonnière par les Châtelaines (l’ordre des sœurs qui lutte en première ligne contre les dragons), Leprat est reparti chez les Mousquetaires du Roi de Monsieur de Tréville, Ballardieu a été laissé pour mort du côté du Mont-Saint-Michel, et le Cardinal de Richelieu soutient de moins en moins ses Lames. Une situation d’autant plus préoccupante que dans l’ombre les Arcanes, sous loge de la puissante Griffe Noire, préparent la destruction de Paris.

Si comme moi vous gardez un souvenir ému des romans du grand Dumas, si d’Artagnan, Athos et les autres font partie de votre panthéon littéraire, si vous vibrez encore au bruit des lames qui s’entrechoquent … Cette trilogie est pour vous.

D’autant plus que Pierre Pével sait conclure et ne tire pas sur la corde pour pondre des volumes et des volumes. Et quelle brillantissime conclusion pour cette superbe série.

Une reconstitution minutieuse, alliée à une imagination puissante et originale, le plaisir toujours intact de croiser, au détour d’une page, Athos, D’Artagnan, Monsieur de Tréville et même l’infâme Rochefort, un cocktail parfaitement dosé d’hommage aux romans et aux films de cape et épée et de fantasy noire et débridée mais totalement cohérente … Des complots, des mystères, des retournements de situation, et des combats magnifiquement décrits.

Et mâtin quel final ! comme ils disaient (presque) chez Pilote. On ne peut pas reprocher à Pierre Pével de manquer de générosité. On en prend plein les mirettes, les narines, les oreilles. Paris en flammes, les hordes sauvages lâchées dans la ville, du sang, du feu, des larmes, du panache, de la magie. Tudieu quel pied.

Alors faites-moi confiance, sortez des coffres les chapeaux à plumes, huilez vos lames et un pour tous, tous pour un avec les Lames de la Fargue !

Pierre Pével / Le dragon des arcanes (Les lames du Cardinal III), Bragelonne (2010).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s