A l’abordage !

Une récréation avec ce roman de pirates écrit par le touche à tout de génie qu’est Valerio Evangelisti. Ouvrez Tortuga, hissez les voiles sentez les embruns … le sang et les tripes.

1685, après le roi d’Angleterre, c’est au tour de Louis XIV de faire une trêve avec l’Espagne et de retirer du même coup son soutien aux pirates de l’île de Tortuga. C’est pourtant à ce moment là que Rogerio de Campos, ancien jésuite devenu marin, n’a d’autre choix que de s’embarquer avec le Chevalier de Grammont, un des pirates les plus craints des Caraïbes. D’abord réticent, il prend vite goût aux batailles, aux massacres et aux pillages, dans ce qui semble bien être le chant du cygne des frères de la Côte. A moins qu’il ne fasse semblant, pour essayer, par la ruse et la traîtrise, de s’emparer d’une belle esclave dont il est tombé amoureux.

Oubliez Errol Flynn et Tyrone Power. Les pirates d’Evangelisti, tout comme les cowboys de Deadwood sont sales, puants, amochés, cruels, racistes, sans pitié … L’or leur importe moins que le pillage, la richesse moins que l’abordage, et ils préfèrent l’odeur du sang à celle des roses. Mais ils ne manquent ni de bravoure, ni de panache et, finalement, sont moins hypocrites que tous ceux qui, à l’époque (et encore maintenant), tuent, pillent et torturent sous divers prétextes (religion, civilisation … démocratie ?). Non les pirates de Tortuga savent ce qu’ils veulent : s’emparer de ce qui leur fait envie en écharpant celui qui le possède.

Pas de gentil pirate au grand cœur donc. Pas même le personnage principal, qui au départ peut apparaître comme une victime, mais ceux qui connaissent le grand Valerio et son goût pour les héros troubles et ambigus, quand ils ne sont pas de purs salauds (pensez à Eymerich ou à Eddie Florio l’immonde de Nous ne sommes rien soyons tout !) ne seront pas surpris.

Résultat, un roman plein de bruit, de fureur et de larmes, de sang et de tripes, mais un roman qui, assurément, ne manque pas de souffle et qui remet en tête les romans de Salgari (Grammont n’est pas sans évoquer son Corsaire Noir) et les grands noms que l’on croise au fil des romans et des films comme Henry Morgan, l’Olonnais ou Michel le Basque.

Valerio Evangelisti / Tortuga (Tortuga, 2008), Rivages (2011), traduit de l’italien par Sophie Bajard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s