Un privé dans les îles.

Je continue à lire pour TPS. Brigitte Aubert est, avec Paco Ignacio Taibo II invitée d’honneur, et c’est un auteur que je connais peu, mis à part l’horrible et jubilatoire Souffle de l’ogre. Comme sa bibliographie est fort abondante j’ai pêché un peu au hasard. Requiem Caraïbe, bonne pioche.

Dagobert Leroy (oui son père avait un sens de l’humour assez spécial), 45 ans, est plutôt noir, plutôt baraqué, ex militaire et privé sur l’île de Saint- Martin dans les Antilles. Ce matin là on se croirait dans les années cinquante en Californie : Charlotte Dumas, métisse flamboyante et insupportable (en bref la femme fatale de cinéma) déboule avec sa mauvaise humeur dans son bureau. Il s’agit ni plus ni moins que de retrouver son père, qu’elle n’a jamais connu, qui a juste croisé sa mère vingt-cinq ans plus tôt à Sainte-Marie. Pas de piste, aucun témoin survivant ou presque, la routine pour Dag qui ne se doute pas qu’il va mettre les pieds dans un véritable nid de serpents.

Plus classique que ça, on peut pas.

Un privé baratineur, une cliente somptueuse et insupportable, la recherche a priori sans risque d’un (ou d’une) disparu, de jolies femmes, des bagarres et une situation qui part en vrille. Depuis l’invention du privé hard-boiled il y a eu des centaines de romans sur ce canevas. Alors pourquoi lire celui-là ?

D’abord parce que j’aime ça, et que quand c’est bien fait, ça marche. Ca marche chez Lehane, ça marche chez Pelecanos, ça marche  chez Block. Et bien ça marche aussi chez Brigitte Aubert. Voilà, le privé dur à cuire avec ses réflexions, ses vannes, ses répliques son sourire de tombeur, elle sait faire, comme les américains.

Et puis le décor change et ça aussi c’est bien. La balade d’une île à l’autre est bien agréable. Et puis elle maîtrise parfaitement les scènes à grand spectacle, comme celle de l’ouragan ou la confrontation finale. Et puis il y a de vrais affreux, bien convaincants, ingrédient indispensable du genre. Et puis il y a des coups de théâtres bien amenés. Et puis elle y introduit quelques variantes plutôt bienvenues … Allez, je vous révèle un petit secret … Malgré un début archi classique, le privé ne devient pas amoureux de sa cliente … Vous verrez … hihi …

Bref, une lecture extrêmement agréable.

Brigitte Aubert / Requiem Caraïbe, Seuil/Policiers (1997).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s