A qui se fier ?

Il y a tellement de bons auteurs, d’excellents auteurs même, qui publient régulièrement qu’il devient difficile de trouver le temps pour en découvrir de nouveaux ! J’ai quand même fait un effort. Il faut dire qu’en ce mois de janvier, ici et là, on voit citer ce A qui se fier ? d’un certain Peter Spiegelman (a priori aucun lien avec Art). J’ai donc essayé, je ne suis pas déçu.

SpiegelmanCarr, ex agent de la CIA, ex employé d’une société de sécurité privée est entré dans la bande de Declan, spécialisée dans les vols et arnaques qui s’en prennent à l’argent sale. Pas d’idéologie là-dedans, juste la logique : Si vous volez de l’argent acquis illégalement le propriétaire ne portera pas plainte et vous n’aurez pas les polices du monde entier aux fesses. Une seule obligation, être très, très discrets, car les propriétaires volés ont en général des moyens de rétorsion dissuasifs.

Seulement voilà, le dernier coup a mal tourné, Declan s’est fait tuer avec un complice, et Carr se retrouve à la tête d’une bande qui ne le respecte guère au moment où ils tentent leur chef d’œuvre : Délester Curtis Prager, ex banquier de fonds poubelles, reconverti au blanchiment d’argent sale de quelques dizaines de millions de dollars. Difficile quand on ne sait pas à qui on peut faire confiance dans sa propre équipe. Mais Carr est coincé de toute parts, il doit continuer …

On pourrait résumer mon avis en quelques mots : Un excellent divertissement. Voilà. Je développe un peu ?

Contrairement à ce qui est écrit en quatrième de couverture, rien à voir avec Westlake et Dormunder. Ni avec Parker d’ailleurs. D’abord John et Parker sont uniques.

Par contre vous trouverez ici tout ce que vous attendez quand vous ouvrez ce genre de bouquin : Une intrigue absolument millimétrée et très intelligemment menée : l’auteur dose parfaitement ce qu’il dit et ce qu’il cache, de telle sorte que le lecteur devine certains aspects de l’arnaque (ce qui lui donne l’impression d’être très intelligent) et se fait complètement bluffer par d’autres (ce qui est fort plaisant). Donc l’auteur sait surprendre tout en faisant plaisir à l’ego, sans être jamais putassier. Une très belle maîtrise de la narration donc.

Comme toujours quand c’est réussi, il arrive aussi à passer par les passages obligés : description des différents protagonistes, tension, préparation, casse, grain de sable, catastrophe, résolution … de façon suffisamment « classique » pour que le lecteur retrouve ce qu’il est venu chercher, avec suffisamment d’invention pour que ce ne soit pas seulement une pale copie.

Bref, pas le roman qui va révolutionner le genre, mais la lecture parfaite si vous cherchez « juste » à passer un excellent moment de détente intelligente.

Peter Spiegelman / A qui se fier ? (Thick as thieves, 2011), Seuil/Policiers (2013), traduit de l’américain par Jean Esch.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s