Boulevard de Bill Guttentag

Boulevard de Bill Guttenttag. Voilà un roman qui risque malheureusement de passer inaperçu sur les tables des libraires, si tenté qu’il se retrouve sur quelques tables … Auteur inconnu, sujet a priori pas rigolo, rigolo. Et je ne jette certainement pas la pierre aux libraires, comment s’y retrouver dans la montagne de nouveautés ? Et pourtant, il mérite sa place, bien en évidence, au milieu, à la place de certaines couillonnades qui y trônent.

GuttentagHollywood, cité des anges, et des rêves. Pas pour tous. Pour les ados qui vivent dans le rue et se prostituent pour se payer leur dose, ou simplement pour avoir de quoi manger et un endroit où dormir c’est plutôt le cauchemar. Tous fuient quelque chose, une famille qui ne les comprend pas, un père ou un beau-père violent, voire pire … Pour Casey, Dragon, Tulip, Paul, Rancher, Timmy et les autres la vie est dure, les adultes des prédateurs en puissance et ils ne trouvent chaleur et réconfort qu’en se serrant les coudes. La vie n’est pas plus facile pour Jimmy, flic dans le quartier, à la recherche de son fils qui se drogue et c’est réfugié dans un squat. Pour tous elle va devenir un enfer quand un proche du Maire se fait poignarder d’une trentaine de coups de couteau dans le quartier.

Je sais ce que certains pourront reprocher au bouquin : son relatif happy end. Très cinématographique en plus. Alors certes, l’auteur travaille dans et autour de l’industrie du cinéma, et il a peut-être voulu, consciemment ou non, adoucir un peu son propos avec cette fin. Et finalement j’avoue que l’amateur de noir pur et dur que je suis s’en accommode très bien. Après tout, un peu de douceur et d’espoir dans ce monde de brutes, ça ne fait pas de mal.

Et puis ce serait dommage de passer à côté de ce magnifique roman qui prend aux tripes, et en même temps arrive à faire chaud au cœur par moments.

Parce que sans pathos, et sans grands effets sirupeux cherchant à vous tirer les larmes l’auteur décrit avec beaucoup de justesse, d’empathie et de tendresse ce monde de gamins paumés. Parce dans la nuit sombre, très sombre des horreurs que leur font subir les adultes, leur solidarité amène un rayon d’optimisme. Parce qu’il prend le contrepied d’un roman comme La belle vie et montre que l’on peut rester humain et attentif aux autres même quand on vit des horreurs.

Parce que le personnage du flic, fatigué, écœuré, démoralisé et qui continue quand même sonne juste. Parce que ce n’est pas un super héros et qu’il ne peut, malheureusement, que s’avouer vaincu face à certaines forces.

Parce que la construction est impeccable, et que sous les dehors d’une chronique sans grande tension narrative, peu à peu le fil se tend, le suspense monte, et le rythme s’accélère.

Finalement, tout bêtement, parce que ce bouquin et ses personnages m’ont touché. Profondément. Donc vous qui passez par ici, allez voir vos libraires et bibliothécaires préférés, et demandez-leur Boulevard de Bill Guttentag, insistez, commandez-le au besoin. Si vous êtes déçus, vous avez le droit de m’engueuler, j’assume.

Bill Guttentag / Boulevard (Boulevard, 2009), Série Noire (2013), traduit de l’américain par Christophe Mercier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s