Hiaasen revient en forme

Chouette un nouveau Carl Hiaasen ! L’assurance de rire intelligent au pays du mauvais goût assumé. En plus, si les éditeurs français du pourfendeur de connerie floridien changent, son traducteur (excellent) reste. Et ça donne Mauvais coucheur.

HiaasenAndrew Yancy était flic à Miami, avant de se faire virer en essayant de dénoncer un collègue ripou. Il est alors devenu enquêteur pour le shérif qui s’occupe de la pointe de Keys. Jusqu’à ce qu’il plante un aspirateur en marche dans le fondement du mari de sa maîtresse, et ce devant un troupeau de touristes armés de smartphones et de caméras … Le mari n’a pas porté plainte mais a exigé que Andrew soit « déplacé ». Le voilà donc inspecteur des cafards, en charge de l’hygiène dans les restaus douteux de l’île. Vous l’aurez compris, Andrew n’est pas un mauvais bougre, juste un peu vif parfois.

Quand deux touristes pêchent par hasard un magnifique bras, il se dit qu’il a là l’occasion de revenir en grâce. Il sera aidé dans son enquête par un singe aussi mal luné que lui, une légiste fort gironde et un pêcheur des Bahamas plutôt cool. Et ce ne sera pas de trop.

Youpiiiiiiiiiiiiii ! revoilà Hiaseen ! J’adore cet allumé. Je sais, tout ce qu’il a écrit n’est pas parfait, mais quelqu’un qui a produit Cousu main, Jackpot, Miami Park ou De l’orage dans l’air, pour ne citer que ceux là, peut être qualifié de bienfaiteur de l’humanité.

Et Mauvais coucheur, s’il n’atteint pas les niveaux comiques de ses plus beaux succès est quand même un bon Hiaasen. Avec une vraie intrigue, maîtrisée, de très beaux personnages, des tarés vraiment tarés, bêtes mais tellement méchants (ou inconscients) qu’ils en deviennent dangereux. Avec ici quelques femmes particulièrement gratinées.

Sans compter ce foutu singe, abominable et tellement drôle. On ne rit pas autant que dans les meilleurs, mais on sourit beaucoup, et on retrouve les thématiques de l’auteur : la destruction de la Floride, la cupidité, la corruption … Et puis à la fin les affreux meurent dans d’atroces souffrances et de façon absolument grotesque, et même si c’est pas gentil de dire ça, c’est bon !

Donc pour vous remonter le moral, sans pour autant vous faire d’illusions sur la nature humaine, une solution : Mauvais coucheur.

Carl Hiaasen / Mauvais coucheur (Bad Monkey, 2013), les deux terres (2014), traduit de l’américain par Yves Sarda.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s