France-Allemagne, revivre le cauchemar.

Michaël Mention a décidément choisi de marquer David Peace à la culotte ! Non je blague. Toujours est-il qu’il nous livre avec Jeudi noir un roman très noir, sur le foot, mais pas que, puisqu’il est arrivé à m’intéresser, moi qui ne regarde plus un match de baballe au pied depuis … Longtemps.

Mention-JeudiSéville, le 8 juillet 1982. L’équipe de France de foot est en demie finale de la coupe du monde contre la RFA. Une véritable tragédie, avec des joies, de la violence, des pleurs, du suspense … Le tout en cinq actes : deux mi-temps réglementaires, deux mi-temps de prolongations, les tirs au but ! Avec de l’injustice, une victime, et le méchant qui gagne. Un vrai polar, ce qu’a très bien compris Michaël Mention qui nous raconte le match vu de l’intérieur.

Vous allez finir par ne plus me croire quand je dis que je ne contrefous du foot … D’un autre côté, dans ce cas précis, ce n’est qu’à moitié vrai. Parce que je suis beaucoup plus vieux que Michaël Mention, et que ce match là je l’ai vu, devant la télé chez les voisin chez qui on allait voir les matchs de foot et de rugby, profitant des vannes du grand-père, et des commentaires hautement culturels du gendre (qui faisait passer Thierry Rolland pour un intellectuel ouvert et humaniste …).

Et comme à cette époque j’étais jeune et bête, tout ce que décrit admirablement l’auteur, la tension, la haine après l’agression de Battiston, l’envie de massacrer ce putain de goal, la haine envers un arbitre qui ne dit rien, les hurlements aux deux buts des prolongations, l’abattement médusé de retour au score, l’effondrement des tirs aux buts … Puis de nouveau cette haine envers la brute et l’arbitre … Tout cela, vécu il y a plus de 30 ans m’est revenu d’un bloc !

Premier exploit du roman, arriver à faire revivre tout ça de façon aussi nette, alors que, heureusement, j’ai un peu changé et j’ai, du moins en ce qui concerne le foot, des réactions un peu moins primaires.

Deuxième exploit, réussir à recréer un suspense alors qu’on connaît parfaitement la fin !

Et troisième exploit, et non des moindres, remettre tout ça en perspective, le raccrocher à ce qui se passait à l’époque, à ce qui c’était passé quarante ans plus tôt et même à ce qui se passe aujourd’hui.

Vraiment un roman à ne pas manquer, même si on n’a pas vécu ce match, même si on n’aime pas le foot, et, bien entendu, à ne rater sous aucun prétexte pour les « vieux » qui ont vécu ça.

Michaël Mention / Jeudi noir, ombres noires (2014).

18 réflexions au sujet de « France-Allemagne, revivre le cauchemar. »

    1. actudunoir Auteur de l’article

      ce qui est bien aujourd’hui est qu’en plus on peut tout trouver sur internet, revoir les images, et voir combien le roman de Mention est à la fois très fidèle à la réalité et beaucoup plus ample que la simple vision du match.

      Répondre
  1. lamf

    ARFFFFFF, ne regarde pas ces images violentes…
    je m’en souviens encore du lieu de l’endroit de la taille de la télé
    arghhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
    bon je lirai le livre

    Répondre
  2. Regis Tytgat

    Je viens de lire ce bouquin..
    C’est drôle mais je ai revu exactement simultanément en le lisant l’endroit où je l’ai vu, les personnes présentes…
    C’est loin d’être aussi net pour d’autres événements sportifs…
    (et de toute façon, je préfère le hockey sur glace)

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Il est fort Mention pour nous faire ressentir autant d’émotions, à propos d’un sport dont on se fiche et d’un match qu’il n’a même pas vu en direct, vu qu’il est trop jeune.

      Répondre
  3. Françoise

    Je déterre, étant donné que je viens tout juste de le finir. Mais c’est incroyable, j’avais beau avoir lu les critiques, je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi brillant, il est génial Michaël Mention ! On se demande comment on peut rendre aussi bien, avec une telle finesse psychologique, un événement réel sans l’avoir vécu, ne serait-ce que comme témoin. Et puis, quelle écriture !
    Et, c’est drôle, moi aussi je me souviens exactement du lieu où je l’ai vu, des circonstances, des commentaires des collègues le lendemain, tout m’est revenu.
    Superbe en tout cas.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Superbe effectivement. Pour ce qui est du match, je crois qu’il l’a vue et revu en vidéo. Impressionnant ceci dit de rendre aussi bien tout ce qu’on a ressenti sur le moment.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s