A la découverte de Peter May

Peter May est un habitué de Toulouse Polars du Sud, je l’y ai croisé maintes fois, et je n’avais encore jamais lu aucun de ses romans. J’ai commencé à remédier à ce manque avec son dernier : L’île du serment.

May-sermentSur l’île d’Entrée, à l’est du Canada, dans une province francophone, vivent une poignée de plus en plus réduite d’anglophones d’origine celtique. James Cowell, l’homme le plus riche de l’île est assassiné une nuit, et sa femme Kirsty est la première suspecte. Comme il faut parler anglais lors des interrogatoires, Sime Mackenzie est embarqué dans l’enquête par ses collègues de la division des homicides de Montréal. La première fois qu’il rencontre Kirsty, Sime a l’impression de la connaître, et malgré les faits qui l’accusent la croit innocente. Dans le même temps, Sime qui déprime et ne peut plus dormir commence à faire des rêves éveillés qui lui font revivre les histoires de sa grand-mère qui leur lisait les carnets de leur ancêtre, expulsé de force de l’île de Lewis en Ecosse et envoyé au Canada.

Découverte de Peter May pour moi donc. Et je ne suis pas déçu. Ce n’est pas la révélation de l’année, mais un bon polar, bien écrit, avec des personnages intéressants et surtout un lieu, ou plutôt ici deux lieux étonnants.

Si on peut trouver le prétexte policier et la résolution de l’enquête un peu tirés par les cheveux, la force du roman vient des épisodes du passé et de la description de la vie dans les îles écossaises dans la deuxième moitié du XIX° siècle. On est là en plein roman noir social, digne héritier des Dickens et Zola.

La vie quotidienne et actuelle dans les îles, finalement assez semblables quoique fort éloignées de l’est du Canada est aussi très bien décrite. Et le suspense, finalement, vient plus des aventures des personnages du XIX°, et du mystère de leurs liens avec les personnages actuels qu’à la résolution de l’enquête sur le meurtre.

Au final, un polar solide avec un beau décor et une belle ambiance et des personnages intéressants.

Peter May / L’île du serment (Entry island, 2014), Rouergue/Noir (2014), traduit de l’anglais (Ecosse) par Jean-René Dastugue.

13 réflexions au sujet de « A la découverte de Peter May »

  1. Christian

    Bonjour Jean-Marc. Peter May, un auteur que j’étais surpris de ne pas te voir chroniquer. Voilà qui est chose faite. Ce dernier roman est en bonne place sur ma pile. Sa trilogie Écossaise est particulièrement addictive, sans jamais qu’il ait recours à un quelconque cliffhanger. Si l’on attaque le premier difficile de ne pas enchaîner avec les 2 suivants, avec une mention spéciale (pour ma part) concernant l’Homme de Lewis. Des romans à suivre avec une carte des Hébrides Extérieures à porté de main. Comme tu l’as décrit, ses romans nous tiennent moins par le suspens de l’enquête que par l’intérêt que l’on porte au témoignage historique, aux paysages et aux personnages bien trempés (au sens propre comme au figuré). L’album « L’Ecosse de Peter May » donne une bonne idée de l’ambiance (petit aperçu : http://www.hebridesphotographer.co.uk/gallery_549653.html).

    Répondre
      1. Wheelbarrow/Frezzer

        Sans aucune contestation possible : la trilogie écossaise est bien au dessus de cette dernière livraison (pour autant très agréable comme tu l’as signalé). Je crains que tu ne puisses pas y échapper : ça fait trois bouquins de plus sur la pile à côté du fauteuil.

  2. lectriceencampagne

    La trilogie écossaise est une merveille, pour moi en tous cas. Le reste ne m’a pas plu ( série chinoise, par ex. ), mais là, il est extraordinaire. Je vais m’acheter ce dernier cette semaine ( avec les étrennes du père Noël !!! )

    Répondre
  3. Mary

    Je pense que ce qui fait la force des romans de Peter May, c’est justement sa capacité à (re)créer les atmosphères, à créer des liens entre les lecteurs et les lieux, les personnages. J’ai vu que la trilogie écossaise était qualifiée d' »addictive » plus haut, et c’est tellement vrai ! Une fois qu’on a connu Fin MacLeod, impossible de s’en passer, et c’est vraiment ça qui me plait dans ces romans. Je te souhaite bonne lecture, et bonne année, bien sûr !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s