Varg Veum revient sur son passé

Avant la grande vague froide des polars scandinaves, il était un auteur que j’aimais suivre régulièrement, et que je continue à suivre, c’est Gunnar Staalesen et son privé mélancolique Varg Veum. Le dernier épisode traduit est sorti fin 2014 : L’enfant qui criait au loup.

Staalesen-enfantVarg Veum est privé à Bergen. Mais avant, il y a bien longtemps, il a travaillé à la protection de l’enfance. Il y a une vingtaine d’année, il s’était occupé du cas d’un gamin de deux ans, Janegutt, enlevé à une mère incapable de s’en occuper. Un gamin poursuivi par la malchance quand, quatre ans plus tard, son père adoptif meurt de façon tragique sous ses yeux. Et qui se retrouve, à 17 ans accusé du double meurtre de ses nouveaux parents adoptifs.

Dix ans plus tard, il est sorti de prison et est de nouveau accusé d’un meurtre, et il semble qu’en plus il en veuille particulièrement à Varg Veum qui va devoir se repencher sur ce passé douloureux et sur des faits dont l’explication par la justice ne l’a jamais convaincu.

Du Varg Veum pur jus. Les romans de Gunnar Staalesen ne sont pas, en général, de ceux qui vous font vous écrier Waow ! Pas le genre de bouquins qui en jettent et vous balancent une grosse claque. Non, ils sont de cette sorte qui vous fait vibrer au son de leur petit mélodie, vous touche doucement mais profondément.

C’est une fois de plus le cas ici, où l’auteur revient sur ses thèmes de prédilection : l’enfance maltraitée, les relations familiales compliquées, les existences gâchées. Et une fois de plus, c’est au travers de ces histoires individuelles finement tricotées qu’il brosse, mine de rien, le portrait de la société norvégienne : ses silences, ses mensonges, ses lâchetés … Et surtout ses faces soigneusement cachées.

Là où un Jo Nesbo aurait axé son roman sur les différents trafics qui sont soutiennent finalement la narration, sur la montée du crime organisé dans un thriller plein de bruit et de fureur, Gunnar Staalesen nous raconte la même histoire en la centrant sur la relation étonnante entre un gamin condamné dès le départ, un gamin qu’il ne cherche jamais à rendre sympathique, et ce grand sentimental de Varg Veum. Les deux sont passionnants, chacun à sa façon.

Gunnar Staalesen / L’enfant qui criait au loup (Dødens drabanter, 2006), Gaïa/Polar (2014), traduit du norvégien par Alexis Fouillet.

4 réflexions au sujet de « Varg Veum revient sur son passé »

  1. Meyer Meyer

    On est rarement déçu par Staalesen. C’est un de ces auteurs où l’on s’attache aux personnages au fil des romans et où les ouvrages s’apprécient plus collectivement qu’individuellement (un peu comme John Harvey ou Mac Bain)C’est comme une petite musique qui se distille peu à peu dans nos têtes (mais où est ce que je vais trouver des phrases comme ça ?) Enfin l’enfant qui criait au loup est encore un bon cru.
    Enfin POUR TOUS CEUX QUI NE L’ONT PAS ENCORE FAIT, il faut absolument lire le chef d’oeuvre de Staalesen : « Bergen » une saga de 100 ans de l’histoire de Bergen, dans lequel Varg Veum intervient dans le 6e et dernier tome

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s