Elsa Marpeau n’oublie pas

Continuons avec la série noire. Une habituée maintenant, Elsa Marpeau revient sur quelques épisodes de notre glorieuse histoire dans Et ils oublieront la colère.

Marpeau-ColereEté 2015 dans l’Yonne. Le cadavre d’un homme est trouvé, abattu d’une balle, au bord d’un lac. Mehdi Azem, prof d’histoire, venait d’acheter une ferme à la famille Marceau installée là depuis des générations. Garance Calderon est la gendarme en charge de l’enquête.

En 44, au même endroit, Marianne Marceau était rasée à la libération. Elle avait couché avec l’officier allemand logé dans sa famille. Quelques jours plus tard, elle disparaissait en même temps que l’officier. Mehdi Azem se passionnait pour cette histoire, et Garance est certaine que le meurtre de 2015 a quelque chose à voir avec cette fin de guerre.

Commençons par régler son compte à ce qui cloche dans ce roman. Comme Yan, j’ai parfois tiqué devant l’approximation dans la narration : Un officier allemand qui disparait en pleine occupation sans qu’il y ait de représailles, une gendarme qui semble enquêter en roue libre sans le moindre respect pour quelque procédure que ce soit, des témoins qui parlent un peu facilement … Bref, si vous cherchez un procédural bien carré, passez votre chemin, et il est évident que si Elsa Marpeau s’est beaucoup renseignée sur les violences faites aux femmes à la libération, elle n’a pas passé des jours avec des gendarmes à la campagne.

Ceci dit, connaissant un peu les romans de l’auteur, et la façon de travailler du patron de la série noire, on peut supposer que cela ne leur a pas échappé, que c’est voulu et qu’il faut voir ce roman, plus comme un conte centré sur les violences faites aux femmes, sur l’oubli et la mémoire, que comme une étude historique sur l’occupation dans l’Yonne entre 1942 et 1944.

Et si on le lit comme cela, il marche très bien. La saloperie, la haine, la lâcheté de la « justice populaire » de la libération est rendue de façon absolument saisissante. L’horreur de cette vengeance facile, de l’humiliation de celles qui sont le moins à même de se défendre (quoiqu’elles aient fait ou pas pendant l’occupation), ce lynchage au petit pied, cette justice sommaire que nous sommes si prompt à condamner quand elle est le fait des salauds de yanquis du KKK … Bref tout ça est à vomir.

Les personnages sont réussis, du plus jeune, comme ces adolescents Marceau, à peine esquissés et pourtant marquants dans leur vitalité parfois bornée, aux plus âgés, perdus dans les brumes de souvenirs qui s’estompent, à la fois émouvants et capables des pires cruautés.

Et il n’est sans doute pas inutile de rappeler que non, il ne faut pas oublier, que l’oubli condamne à la répétition, et malheureusement à la répétition de ce que nous avons fait de pire.

Alors oui, on peut regretter que tout cela ne s’appuie pas sur une narration plus soutenue, que les incohérences fassent tiquer. Oui, avec cet exercice Elsa Marpeau marche sur la corde raide. Et je comprends bien que pour certains, elle soit tombée. Pour moi elle a réussi son numéro.

Elsa Marpeau / Et ils oublieront la colère, Série Noire (2015).

Un entretien intéressant chez les Unwalkers.

9 réflexions au sujet de « Elsa Marpeau n’oublie pas »

  1. Françoise

    Espérons que ce soit moins raté que « Black blocs » qui n’était qu’une caricature assez pathétique du « milieu anar » et qui m’est tombé des mains avant d’avoir pu en lire la moitié…

    Répondre
  2. lamf

    ah je l’ai pas lu, de toutes manières nous les anars on est toujours que des caricatures, personne ne connait Proudhon Bakounine etc
    bref
    anar = chaos, c’est une brève de comptoir qui ne changera pas

    Répondre
  3. Tasha

    Ah là là, vous me faites hésiter… Entre ton avis et celui de Yan, je ne sais plus que faire. Bon, disons que le roman d’Elsa Marpeau ne sera pas ma priorité, mais je pense l’acheter tout de même. Peut-être que je vais faire passer le Bronnec, avant, finalement.

    Répondre
      1. tasha gennaro

        Bon ben deux ans après le Marpeau a pris son tour et eu sa chance. J’y allais avec méfiance et j’ai beaucoup aimé. Oui, bien sûr, il y a des incohérences, des trucs un peu évidents (Colette/Marianne, on le voit venir très vite) mais la force du roman est bien là, j’en sors quand même secouée. Donc au final, numéro réussi pour moi aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s