Rivages réédite William McIlvanney

laidlaw.inddEn ce beau mois de mai, Rivages a l’excellente idée de rééditer trois romans du grand écrivain écossais William McIlvanney.

Il s’agit des trois enquêtes de son flic Laidlaw de Glasgow.

Laidlow, Etranges loyautés et Les papiers de Tony Veitch.

Comme je suis un peu fainéant, je vous renvoie à un vieux papier publié dans les profondeurs du blog.

En espérant que vous serez nombreux à le relire ou le découvrir, et que cela donnera également envie à Rivages de rééditer mon roman préféré de cet auteur trop méconnu : Big Man.

19 réflexions au sujet de « Rivages réédite William McIlvanney »

  1. Norbert

    Salut JM ! Oui, j’ai vu ça et ça sera justement pour moi l’occasion depuis le temps de découvrir cet auteur et son fameux personnage Laidlaw. Et c’est justement en navigant sur le site de Rivages que je me suis aperçu grâce au résumé du dernier des 3 bouquins réédités de l’existence du roman « Big Man », qui lui n’a pas été réédité alors pourtant qu’il semble faire partie de cette trilogie (qui, du coup, n’en serait plus une)… tu confirmes, ou je me trompe ?

    Répondre
    1. Norbert

      Bon, j’aurais mieux fait de lire d’abord ton billet avant d’écrire mon précédent commentaire, ça m’aurait permis d’avoir la réponse à ma question…
      Sinon, j’ai vu que ce mois-ci paraissait en même temps chez Métailié le deuxième roman du fils de William McIlvanney, Liam McIlvanney : « Là où vont les morts », qui est visiblement le second volet d’une trilogie commencée par son 1er bouquin, « Les couleurs de la ville ». Tu connais ? Déjà lu ?

      Répondre
      1. actudunoir Auteur de l’article

        Salut,

        Comme tu as vu, Big Man est indépendant, même si le personnage fait une brève apparition, d’une certaine façon, dans un Laidlaw.
        Et oui, j’avais lu le premier roman du fils, pas mal d’ailleurs, même si on n’atteint pas encore le niveau du père.

  2. Norbert

    Ok, merci pour ta réponse. Je sens que je vais prochainement découvrir le père et peut-être même le fils (manquera plus que le saint-esprit !…).

    Répondre
  3. cheraud

    Bonjour,
    Pour les besoins de ma formation, j’ai un petit questionnaire à faire remplir autour du polar et des romans policiers. C’est très rapide et ça m’aiderait beaucoup! N’hésitez pas à le partager, si vous connaissez d’autres amateurs de polar. Bonne soirée, merci

    Voici le lien du questionnaire :
    https://lcheraud.typeform.com/to/Nh2jwf

    Répondre
  4. Norbert

    Ce qui est dommage c’est que de nombreuses librairies ( y compris les Fnac par exemple) ne l’ont pas pris avec les nouveautés du mois de Rivages/Noir, ce qui fait que s’il est pas en rayon, il faut leur commander. La bonne nouvelle, c’est que « Big Man » n’est pas épuisé et que lui aussi peut-être commandé dans chaque librairie ! (il aura juste sa couverture habituelle, alors que la réédition de la trilogie Laidlaw qui n’était pas épuisée pourtant permettait de toucher de nouvelles générations avec des couv un peu plus « modernes ». Enfin, ça y est, je l’ai commandé, j’ai donc reçu mon Laidlaw – je commence par un volume – et en plus j’ai reçu un ancien exemplaire avec l’ancienne couv… Quisait, peut-être un prochain collector ? rires. En tout cas, dès le début c’est bon, très bon.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Heureusement les librairies qui ont un vrai rayon polar, et un vrai responsable polar ne s’y sont pas trompées. C’est un indispensable !
      Bonne découverte, et tant mieux si Big man est toujours dispo, ce serait bien que tous ces romans soient de nouveaux dans les mains des amateurs.

      Répondre
  5. Meyer Meyer

    Ca y est j’ai lu Laidlaw.Même si je n’ai pas été enthousiasmé par le bouquin, j’ai bien aimé le personnage et ses rapports avec son nouvel adjoint. Du coup ça me donne envie de lire la trilogie. Bon si j’ai bien compris, je ne dois pas louper Big man

    Répondre
    1. Norbert

      Oui, il ne faut pas le louper. Je laisserai Jean-Marc confirmer, mais « Big Man » s’interpose « chronologiquement » entre « Les Papiers de Tony Veich », le second opus de la trilogie, et son dernier volet « Etranges loyautés ».
      Ne pas hésiter non plus à découvrir les romans du fils de William McIlvanney, Liam McIlvanney, qui a publié jusqu’ici deux romans traduits en français chez Métailié, « Les couleurs de la ville » et « Là où vont les morts », mettant tous deux en scène le journaliste d’investigation Gerry Conway (je cite les noms et titres de mémoire, il peut y avoir des petites erreurs). Ce sont, là aussi, les deux premiers volets d’une trilogie.

      Répondre
      1. actudunoir Auteur de l’article

        Je ne sais plus trop où l est chronologiquement, de toute façon il est indépendant, c’est juste que certains personnages sont repris dans un des Laidlaw, mais on peut vraiment le lire indépendamment des autres.

  6. Norbert

    Ah, carrément ? Je disais qu’il « devait » s’intercaler entre le second et dernier opus car en lisant les résumés, dans le dernier volet « Etranges loyautés », Big Man est mort, justement, et Laidlaw en est affecté. Bon, en tout cas il est à ne pas louper, si je comprends bien.

    Répondre
      1. Norbert

        Oui, effectivement. Dis-moi, j’étais justement en train de penser à toi, je suis en train de lire un passionnant polar historique que tu as du recevoir, c’est « Le sang dans nos veines » de Miquel Bulnes chez Actes Sud. ça se passe dans les années 1920 en Espagne (l’auteur, s’il est néerlandais, est d’origine espagnole aussi), une grande fresque historico-politique (et policière) avec une construction absolument virtuose (il faut le lire pour comprendre). En plus, à ma grande surprise, ça se lit très facilement,c’est fluide et bien écrit, d’ailleurs tant mieux car le bouquin fait 800 pages. Je voulais savoir si tu comptais le lire prochainement ? À mon avis, ça devrait en tout cas être ta came !
        Pareil pour un polar plus court qui a attiré mon intention, toujours chez Actes Sud mais argentin lui, « La fragilité des corps » de Sergio Olguin. Le résumé est particulièrement intéressant, je trouve.
        Et pour finir, j’ai lu « Le fil rouge », le second roman de Paola Barbato traduit en français après « À mains nues » l’an dernier, j’ai beaucoup aimé et comme il est radicalement différent de son prédécesseur (c’est un vrai roman noir psychologique, rien à voir avec la violence de l’autre), je ne peux que te le recommander également (et en plus il est assez court !).
        En tout cas, j’ai hâte d’avoir tes retours de lecture, comme toujours.

      2. actudunoir Auteur de l’article

        J’avais un peu mis de côté le Miquel Bulnes, n’étant pas toujours fan des choix éditoriaux d’actes sud (sauf del Arbol et Salem). Ca veut dire qu’il faut peut-être que je revois mon impulsion première …
        Et le Paola Barbato, je l’attends avec impatience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s