Déchiré ou zombifié

Je l’avais raté à sa sortie chez Super 8, je me suis rattrapé avec sa reprise en poche. Déchirés de Peter Stenson. Pas de quoi vous remonter le moral !

StensonMauvais réveil pour Chase Daniels. Cela fait des jours qu’il n’émerge que rarement des vapeurs de meth, et il vient de s’apercevoir, avec son pote Steno, qu’ils vont bientôt être à court. Quand il jette un œil par la fenêtre un spectacle glaçant s’offre çà lui : une jolie petite fille est sur le point de se faire agresser par un rottweiler … Mais c’est ma gamine qui lui saute à la gorge, l’éventre et se met à la bouloter tout cru avant de se tourner vers Chase avec un grand sourire sanguinolent.

Chase et Steno vont devoir se rendre à l’évidence, pendant leur « absence » les hommes se sont transformés en zombis, et seuls ceux qui sont déchirés ont échappé à la catastrophe. Reste maintenant à retrouver d’autres survivants, assurer l’approvisionnement en drogue et surtout éviter de se faire bouffer. La dernière course des survivants commence.

On peut ne voir dans ce roman complètement allumé qu’un bon divertissement. Le rythme est enlevé, l’idée de départ originale, les personnages sont intéressants et pas réduits à de simples clichés … L’auteur ne se dégonfle pas et assure des scènes gore parfaitement maîtrisées avec juste ce qu’il faut de distance et de folie pour qu’on flippe tout en gardant un petit sourire amusé. C’est donc déjà une série Z bien fichue qui tient toutes ses promesses.

Mais ce n’est pas que ça. Parce que si on y regarde de plus près, on s’aperçoit que les personnages du roman ont le choix entre deux horreurs : se soumettre à une vie totalement aliénée, (qui a longtemps assuré une vie sans vague mais se termine sous forme de zombi), ou plonger dans la drogue. Et ne croyez pas que l’auteur idéalise la vie dans la came : pas un poil de romantisme ou de pseudo rébellion. Les accros sont égoïstes, uniquement préoccupés par leur prochaine dose, paranoïaques, incohérents … Comme on le voit on a le choix entre la peste et le choléra.

Et au final, une vision très sombre de l’humanité, des choix qui se présentent à chacun et un pessimisme terrible quant à la nature humaine.

On peut ne pas être d’accord et préférer l’optimisme (tempéré) des habitants de Salmon Bay en Alaska. Force est de constater, en regardant autour de soi, que si on connaît tous des exemples ou des moments admirables comme ceux décrits par Don Rearden, la plupart du temps, la situation autour de nous ressemble davantage à ce que décrit Peter Stenson.

Lisez-le donc, mais ne vous attendez pas à trouver une bonne série Z qui vous fera marrer comme les films foutraques de Tarantino et Rodriguez … Le rire, ici, tourne vite au grincement de dents.

Peter Stenson / Déchirés (Fiend, 2013), Pocket (2015), traduit de l’anglais (USA) par Pierre Szczeciner.

3 réflexions au sujet de « Déchiré ou zombifié »

  1. belette2911

    ♫ Déééchiréééés, ♫ on était tous les deux déchiréééés à voir nos chemins se rencontrer ♪ (pardon à Guy Marchand).

    Je dois le lire, il traine dans ma liseuse depuis sa sortie… mais j’aimais mieux la cover de chez Super 8 que la poche !

    Pauvre rottweiller, en tout cas, bouffé par une gamine… voilà qui ferait les gros titres dans les journaux 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s