Recette du magret façon poulpe

Bon c’est vrai, je ne lis plus trop les Poulpe. Il y en a eu trop de très mauvais, et même si la qualité est sérieusement remontée, j’ai perdu l’habitude de les lire. Mais là c’est celui d’un pote, alors j’ai fait une exception. Et puis Arrête tes six magrets de Benoît Séverac se passe vers chez nous, et le magret, j’aime ça.

SeveracGabriel Lecouvreur se trouve coincé à Samatan, dans le Gers, entre le mariage d’un cousin (lors duquel il s’est disputé avec tout le monde), et l’arrivée de sa chérie qui veut aller au festival de country de Mirande (elle a un goût de chiotte sa chérie, elle aurait pu aller au festival de jazz de Marciac …).

Et comme il s’emmerde, il ne peut s’empêcher de glisser ses tentacules là où on n’en veut pas. A savoir dans le second suicide d’un petit producteur de canards gras. Le deuxième qui s’opposait à une grosse boite d’agroalimentaire qui s’est implantée dans la région.

Le poulpe va s’apercevoir que la douceur gersoise peut être trompeuse, et que la bonhommie du sud-ouest cache de sales magouilles et une méfiance maladive envers tout ce qui vient de l’estranger (l’estranger commençant plus ou moins à Toulouse).

Arrête tes six magrets est un bon poulpe. Ni plus ni moins. C’est à dire que si vous voulez savoir ce que Benoit Séverac sait écrire de mieux, lisez Rendez-vous au 10 avril, ou paraît-il (je dis paraît-il parce que je ne les ai pas lus) ses romans jeunesse. Par contre si vous aimez vous faire un poulpe de temps en temps, celui-ci doit faire partie de votre collection.

Certes, du côté de Samatan je ne sais pas si le portrait des habitants va être très apprécié … mais c’est aussi le rôle de Gabriel d’aller regarder ce qui grouille sous les pierres. Mais l’histoire est bien menée, avec ce qu’il faut d’humour et de descriptions locale.

Et puis j’aime bien la fin qui prouve (je m’en doutais) que Benoit Séverac n’est pas le gentil plein de bonhommie qu’on croit. Une fin qui fait pleurer dans les chaumières et qui met enfin en lumière la méchanceté et la perfidie de celui qui a tant de succès auprès des collégiennes et des lycéennes … Oui Benoit est un vrai méchant pervers qui ne recule devant aucune félonie. Et c’est aussi pour ça que son poulpe est un bon cru.

Benoît Séverac / Arrête tes six magrets, Baleine/Poulpe (2015).

9 réflexions au sujet de « Recette du magret façon poulpe »

  1. lectriceencampagne

    Ouh là ! ça fait quand même bien envie, six magrets sauce Poulpe…Bizarre pour la cuisine, mais…tentant. C’est vrai qu’il y en a eu de bien bien mauvais, des Poulpes, mais l’idée était plaisante. Je ne les ai pas tous lus non plus. Alors celui-ci, peut-être, par pure nostalgie

    Répondre
  2. Joël H

    Je vais donc lire celui-ci. L’an dernier, j’avais bien ri en lisant le Poulpe écrit par Dominique Chappey : « J’avais la croix ».

    Répondre
  3. Regis

    Tiens j’avais lu celui de Thierry Bourcy ( pas mal)
    Tu me donnes envie de lire celui-ci
    Bon la country , c’est pas mal du tout, mais je ne connais pas le niveau de mIrande
    Moi, j »en suis resté à Willie Nelson ou aux Cow-Boys Junkies

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      J’ai pas lu le Bourcy.
      Et j’avoue que la country je ne connais pas vraiment, et j’ai peut-être des a priori … Pour moi c’est la boite de cow-boys où les Blues Brothers jouent derrière une grille !

      Répondre
      1. Regis

        Ben oui tout de même
        Willie nelson c’est tout de même, un copain de Johnny Cash, Neil Young et Wynton Marsalis…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s