Pas totalement convaincu par le Sujet 375

Un peu de mal à terminer ce roman. Pas sa faute, mais c’est lui que je lisais vendredi soir, avant de jeter un œil à la fin du match de foot que regardait mon grand (oui, je sais, j’ai raté quelque chose, il regarde le foot). Un peu de mal surtout à en parler, mais c’est parti. C’est Sujet 375 de Nikki Owen.

OwenComment la docteur Maria Cruz Banderas, de Salamanque, peut-elle se retrouver en prison à Londres ? Elle-même se pose la question. Elle a été condamnée pour le meurtre d’un prêtre, alors qu’elle se trouvait dans cette ville depuis un peu plus d’un an. Le problème est qu’elle ne se souvient pas de tout.

Atteinte du syndrome d’Asperger, la prison, pour elle encore plus que pour un autre, est un véritable enfer. Et sa mémoire lui joue des tours. Les événements lui reviennent par bribes, au fur et à mesure d’interrogatoires très agressifs menés par un drôle de thérapeute …

Maria doute de tout, d’elle-même, de sa mémoire, de sa santé mentale. Mais en même temps, elle découvre des facultés intellectuelles exceptionnelles qu’elle va mettre au service de sa recherche de la vérité. Une vérité qui, elle le sait, est cachée quelque part dans les tréfonds de son esprit.

Ca partait bien, très bien même. Je me suis fait complètement embarquer par cette histoire ou l’auteur rend parfaitement le trouble de la narratrice. On nage avec elle en plein doute, on souffre avec elle, on de fait plus confiance à rien, ni à ce que lui disent les autres, ni à sa mémoire, ni même à ses perceptions.

Embarqué donc, en pendant les deux bons premiers tiers du bouquin. Et puis je me suis un peu lassé. Et en perdant l’élan de la curiosité, certaines incohérences, certains raccourcis ont commencé à me gêner un peu. Le personnage de Maria par exemple : autant son présent, ses réactions, ses peurs sont très bien décrits, autant son passé est vraiment squelettique, juste quelques images à laquelle j’ai cru difficilement. De même les aides qui lui tombent du ciel ne m’ont pas convaincu, ou sa façon de résoudre, d’un coup, des problèmes insolubles.

Ce n’est pas très grave, mais c’est ce qui m’a fait perdre l’élan, comme une petite faute de vraisemblance qui fait que vous n’adhérez plus. Pas un catastrophe non plus, et puis ce n’était peut-être pas le bon moment pour lire … Pour résumer, la fin n’est pas à la hauteur de ce que promet le début. J’essaierai sans doute la suite, pour voir si on revient vers la maîtrise du démarrage, ou si je lâche définitivement la rampe.

Nikki Owen  / Sujet 375 (The spider in the corner of the room, 2015), Super 8 (2015), traduit de l’anglais par Cindy Capen.

11 réflexions au sujet de « Pas totalement convaincu par le Sujet 375 »

  1. Norbert

    Salut JM. Je compte bien le lire, il est dans ma Pal, je verrai donc ce que ça donne. Mais comme tu le dis, dès vendredi soir et jusqu’à il y a peu, j’ai eu le plus grand mal à lire et à m’accrocher à la lecture à cause des attentats, impossible de me concentrer vraiment, heureusement ça va mieux maintenant. Du coup je dévore le Miquel Bulnes (j’ai dépassé la moitié et, sans être un chef d’oeuvre ou arriver forcément au niveau d’un Del Arbol, je le trouve passionnant pourtant, de ce qu’il révèle – historiquement et politiquement – de l’Espagne du début du XXe siècle. Et la construction du bouquin, polyphonique, alternant flash-backs, documents officiels, etc, est maîtrisée à la perfection je trouve.)

    Répondre
  2. wollanup

    Qu’est-ce que ce racisme envers le foot Jean Marc?Le rugby ne semble pas être vraiment en reste en ce qui concerne l’argent et je ne serai pas surpris qu’on entende parler de substances illégales consommées prochainement.Et il me semble t’avoir lu faire les louanges d’un roman sur l’entraîneur d’un club anglais?

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      C’est juste que je trouve le foot extrêmement ennuyeux à regarder … Ce qui n’empêche pas d’écrire de très bons livres sur des trucs très chiants.
      Le rugby se pourrit forcément avec le professionnalisme, les substances existent forcément, mais je me fais quand même plus plaisir à regarder un match de rugby (à condition que ce ne soit pas l’équipe de France), ou de hand, ou de basket, ou de volley … Vraiment, au foot je m’ennuie.
      Je crois que le dernier match qui m’ait fait vibrer a été … Un certain France-Allemagne à Séville.

      Répondre
  3. belette2911

    Bon, on verra si moi je serais con-vaincue par le roman… Moi aussi je regardais le foot vendredi, Belgique Italie et j’avais plaisir à voir notre équipe laminer les Italiens, mais je n’ai regardé que la fin, les 20 dernières minutes et j’ai coupé la téloche ensuite, ce qui fait que j’ai passé une bonne nuit, mais le réveil, par contre… 😦

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s