Du grand journalisme illustré

Encore un beau cadeau de Noël. Celui-là je l’avais repéré sur le site de bibliobs. C’est Cher pays de notre enfance de Benoît Collombat et Etienne Davodeau.

DavodeauLe 3 juillet 1975 le juge François Renaud est assassiné à Lyon. Il enquêtait, entre autres, sur le hold up de l’hôtel des postes de Strasbourg, un butin énorme. Il était sur la piste du SAC, Service d’Action Civique, service d’ordre gaulliste et en même temps repère de truands.

Le 30 octobre 1979, le ministre Robert Boulin se « suicide » dans trente centimètres d’eau. Gaulliste historique, résistant, il avait des dossiers sur le … SAC.

Aucune de ces deux affaires n’a été éclaircie. Les proches des victimes, ceux qui ont enquêté, tous ont été menacés.

Benoît Collombat, journaliste à France Inter n’a jamais lâché ses investigations sur ces deux meurtres. A partir de 2014, Etienne Davodeau va le l’accompagner, et faire un documentaire dessiné reprenant leurs discussions et les différentes interviews des témoins de l’époque.

Une BD documentaire sur les côtés sombres des années 70-80, du RPR, du gaullisme, de la françafrique, un véritable travail de journalisme illustré.

Attention, ce n’est pas Spirou, ce n’est pas la BD qui se lit rapidement en 30 minutes entre le fromage et le dessert (et je n’ai rien contre Spirou). C’est dense, documenté, et absolument passionnant, en même temps que très frustrant. Frustrant de voir une impunité totale, une impunité qui dure plus de 35 ans après les faits.

Le dessin d’Etienne Davodeau suit les rencontres au plus près, arrive à mettre quelques, rares, touches d’humour. Avec une mention spéciale à la superbe couverture, subtile et implacable.

Une BD à lire absolument, pour se faire une idée un peu plus complète du Cher pays de notre enfance, ce pays des droits de l’homme, une idée sur une classe politique donneuse de leçons qui est ici montrée, soit complice, soit impuissante.

A lire au risque d’avoir un peu envie de vomir.

Benoît Collombat (scénario) Etienne Davodeau (scénario et dessin) Cher pays de notre enfance Futuropolis (2015).

11 réflexions au sujet de « Du grand journalisme illustré »

  1. belette2911

    Ouf, tu n’as rien contre mon Spirou que je lis en mangeant ma tartine du matin… bon, si tu me passes le fromage, je te passe le dessert… 😆

    Je note les deux, la bédé et le dernier de Mankel…

    Répondre
  2. martichat

    J’ai offert le dernier Mankell donc j’attends de pouvoir le lire…
    Je ne suis pas très tentée par la BD, non que je la trouve mineure, mais ce n’est pas mon truc, sans raison… pourtant j’avoue que les vieux (?) dont tu parlais l’autre jour et celle-là me feraient presque changer d’avis.

    Répondre
  3. Le Noir

    Pour les réticents : c’est de l’enquête graphique à lire pour se réapproprier cette période qui est toujours présentée par son « beau » côté économique (« les trente glorieuses »). Pour compléter (éventuellement remplacer, si vous détester la BD), vous pouvez lire la réponse de Benoît Colombat (journaliste à France Inter) au Canard Enchaîné (qui y laisse des plumes).

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Les lecteurs avaient corrigé d’eux mêmes … Et vraiment, on peut détester la BD ? toute la BD ? D’Astérix à Maus en passant par Blast, Soeur Marie-Thérèse et V pour Vendetta ?
      Bon je vais aller voir Médiapart …

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s