Une nouvelle auteur sud-africaine

Une nouvelle venue chez Rivages, la sud-africaine Marli Roode avec Je l’ai appelée chien.

je l ai appele chien.inddJo Hartslief a quitté l’Afrique du Sud il y a des années, à la mort de sa mère. Elle a vécu à Londres avec sa grand-mère et a totalement coupé les ponts avec son père Nico, raciste et partisan de l’apartheid qui les avait abandonnées depuis quelques années.

Elle est aujourd’hui journaliste et revient à Johannesburg pour couvrir pour son journal les émeutes qui ont éclaté dans un township où les habitants s’en prennent aux immigrés récents. Elle est alors contactée par Nico : Il est accusé d’un meurtre et il lui demande son aide pour se disculper. Malgré ses réticences, Jo accepte de le rencontrer, puis de le suivre dans sa voiture pour l’accompagner et écouter son histoire. Ou du moins l’histoire qu’il lui raconte, une histoire qui change sans cesse … Jusqu’où Jo acceptera-telle se faire mener en bateau ?

Il y a quelques années, quand on disait qu’on lisait un polar sud-africain, cela voulait dire qu’on lisait un bouquin de Deon Meyer. Les choses ont bien changé, et c’est tant mieux ! On lit (heureusement) toujours Deon Meyer, mais nombreuses sont maintenant les voix qui nous arrivent de ce pays. Marli Roode est donc la dernière ne date.

Voilà un roman original et assez déroutant. L’auteur a choisi de ne pas raconter son histoire de façon linéaire, elle a aussi choisi de laisser pas mal d’événements passés, et même présents, dans le flou. Et elle pratique les changements de rythmes et de tons ; Tout cela est donc fort déroutant, et finalement, c’est bien d’être dérouté.

Parce que c’est aussi l’état d’esprit de Jo, baladée par son père, doutant de tout, perdue dans un pays qu’elle ne comprend pas, utilisée par les uns et les autres. Par moment on se dit qu’on est dans un road movie assez lent, puis on tombe sur une description d’émeute qui secoue et laisse un peu sonné. Parfois Jo semble cruche et perdue, pour ensuite faire preuve d’un courage et d’une force de caractère étonnants.

Le portrait du pays dressé par le roman est fragmentaire, le rapport entre Jo et son père très fluctuant et finement décrit, on se demande parfois où on va. Comme Jo on n’est pas très sûr d’où on est arrivé, mais le voyage a été très intéressant.

Un roman déroutant, troublant, fin et subtil. Une nouvelle voix très intéressante en Afrique du Sud.

Marli Roode / Je l’ai appelée chien (Call it dog, 2013), Rivages/Thriller (2016), traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Fabienne Duvigneau.

9 réflexions au sujet de « Une nouvelle auteur sud-africaine »

  1. sonia

    J’aime bien ces auteurs sud-africains et tu as raison, il y a peu, polars sudaf ne rimait quasiment qu’avec Deon Meyer.
    Bien heureuse d’avoir une nouvelle auteur à découvrir… Et j’aime les narrations non linéaires.
    Donc…..

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Ebershon, bien entendu, le grand auteur de polars de l’apartheid, mais à part un roman il y a quelques mois, on n’en entend plus parler. Malheureusement.

      Répondre
      1. belette2911

        Non, il est tombé dans l’oubli, mais j’avais lu un de ses romans en juillet 2015 et je compte bien refaire une incursion en Af du Sud cette année aussi, toujours avec lui puisque j’ai tous ces romans, en principe !

      2. actudunoir Auteur de l’article

        Ses romans du temps de l’apartheid (Je me souviens de La nuit divisée entre autres), secouent ! Mieux vaut avoir la possibilité, après, d’aller boire un coup en terrasse avec les copains pour se remonter le moral !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s