Joy Castro confirme

On a découvert Joy Castro et Nola Céspedes il y a deux ans à la série noire dans Après la pluie. Elle revient dans Au plus près.

CastroNola est donc maintenant journaliste en charge des enquêtes criminelles au « Times-Picayune » de la Nouvelle-Orléans. Un matin, lors de son footing, elle tombe sur le cadavre d’une femme dans un parc. Cette femme elle la connaît : Judith Taffner, qui fut une de ses prof de journalisme. Une prof avec laquelle ses rapports étaient plutôt tendus …

Ceci dit, ce n’est pas une raison pour faire confiance à la police qu’elle trouve au mieux incompétente, au pire corrompue. Grâce à sa connaissance encore fraiche de l’université, Nola arrive à récupérer quelques papiers et fichiers de son ancienne prof, et s’aperçoit qu’elle avait commencé des recherches assez sensibles. Elle va les reprendre à son compte, sans mesurer le danger qu’elle court à son tour.

« Une Nola qui parfois explose, quand trop de vapeur c’est accumulée. J’espère bien la revoir prochainement, je suis certain qu’elle va évoluer, comme va évoluer le talent de sa créatrice. » Ai-je écrit sur le premier roman. J’avais raison, je me suis régalé à retrouver Nola et sa Nouvelle-Orléans.

A partir d’un constat assez semblable à celui de James Lee Burke : Arrogance et impunité des familles les plus riches, en Louisiane (comme ailleurs !), avec un personnage qui, finalement a pas mal de points communs avec Robicheaux : enfance pauvre, passé traumatisant, comportement parfois suicidaire, violence plus ou moins rentrée ne demandant qu’à exploser, une autre série voit le jour.

Ceci dit Joy Castro n’est pas James Lee Burke, sa fiction est urbaine, les inégalités, les injustices qu’elle décrit sont liées aux quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans, les blocages, les traumatismes, les peurs, celles des enfants et des adultes noirs ou latinos des quartiers où, même avant Katrina, le rêve américain n’est jamais entré. Nola s’en est sortie, mais elle n’a pas oublié d’où elle vient, comment on lui a fait sentir, tout au long de ses études, qu’elle n’était pas à sa place, elle sait la peur des flics, la certitude de ne pas être entendu, la maltraitance, par méchanceté, ou par simple peur de ce qui est à peine différent.

Le personnage prend de l’épaisseur, on le connaît un peu mieux, on l’apprécie encore plus, et à travers lui on touche du doigt à la fois la vitalité, l’énergie et la violence, criminelle et sociale de toute une ville.

Au plus près confirme tout le bien que j’avais pensé de Après la pluie, et il me tarde déjà de retrouver Nola Céspedes.

Joy Castro / Au plus près (Nearer home, 2013), Série Noire (2016), traduit de l’anglais (USA) par Thomas Bauduret.

7 réflexions au sujet de « Joy Castro confirme »

      1. wollanup

        Ah ouais on le recommande plutôt deux fois qu’une.Par ailleurs,je viens de terminer « la peine capitale » de Roncagliolo que tu recommandais il y a peu de temps et ce roman est vraiment divin.Je le chronique demain si je peux trouver autre chose que tes mots justes le concernant..Il comblera aussi les vieux amateurs de foot avec ces chapitres mêlant jusqu’à la folie action du roman et commentaires radiophoniques de la coupe du monde de 1978 au sein de la dictature et du « petit » débat qui avait eu lieu à l’époque pour savoir si la France devait participer ou pas à la compétition,cautionner le pouvoir en place.Il y avait encore un peu de conscience politique à l’époque.maintenant,plus de problème les JO à Pékin et la coupe du monde au Qatar,ça roule!!!
        Pour revenir au sujet, »la peine capitale »,grand roman hautement recommandable.Je vais bien sûr me jeter sur « Avril rouge » pendant ma trêve estivale.

      2. actudunoir Auteur de l’article

        Un peu de conscience, mais ils y sont allé quand même, comme un seul homme ! Tu verras, Avril rouge est du même niveau, saisissant. Même sans le foot !

  1. Le Noir

    A rajouter donc à « Zeitoun » de Dave Eggers et à la série « Treme » dans le panthéon des œuvres consacrées à la Nouvelle-Orleans post Katrina. Je prends note.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s