Un bouilleur de cru pas drôle

On a découvert Clayton Lindemuth avec Une contrée blanche et froide, le revoilà, par un climat un peu plus chaud dans En mémoire de Fred.

LindemuthBaer Crichton est maudit. Depuis que, à l’adolescence, son frère en tenté de l’électrocuter il a un don : il voit littéralement ceux qui mentent. Leurs yeux rougissent et lui ressent une décharge électrique. Pas de quoi vous donner foi en l’humanité dans la petite ville de Caroline du Nord où il vit. Alors Baer s’est retiré dans le bois avec son chien Fred, et ses rares contacts avec les hommes sont ceux qu’il a lorsqu’il qu’il fait ses courses, ou quand on vient lui acheter la gnole qu’il distille clandestinement, la meilleure de toute la région.

Jusqu’à ce qu’un abruti enlève Fred, le livre au caïd du coin, Joe Stipe qui organise des combats de chiens, puis vienne le jeter, aux trois-quarts mort, dans son campement. Alors Baer décide que le mal a assez longtemps régné sur la région et qu’il est temps qu’un homme de bien se lève pour remettre les hommes sur le droit chemin. Et accessoirement venger Fred.

J’avais bien aimé Une contrée blanche et froide, mais cette fois, même s’il y a de bonnes choses, le livre me laisse au final une impression pas forcément agréable.

Le bon, c’est la description de la vie du personnage principal dans ses bois, le côté ermite bouilleur de cru. Un grand classique de la littérature noire américaine depuis les géniaux pieds nickelés de Charles Williams. Un grand classique pimenté ici par un petit côté fantastique et par un passé qui pèse sur les épaules de Baer.

La description de la petite ville, de ses vilains secrets et de ses petits caïds est aussi réussie.

C’est sur la fin que ça se gâte sérieusement. Tout d’abord parce qu’indépendamment du côté fantastique elle n’est pas crédible pour un sou, alors que jusque là tout fonctionnait. Mais c’est surtout le côté lutte du bien contre le mal, et justification de n’importe quel acte pour combattre le dit mal qui me gène, et c’est peu de le dire.

Une impression renforcée par la postface on ne peut plus explicite : « Je crois au bien en tant que principe absolu ; je crois qu’un être divin a créé le bien et le mal et que le bien finira par l’emporter. » C’est assez clair, c’est pénible, ça gâche le bouquin.

Clayton Lindemuth / En mémoire de Fred (My brother’s destroyer, 2013), Seuil/Cadre Noir (2017), traduit de l’anglais (USA) par Patrice Carrer.

7 réflexions au sujet de « Un bouilleur de cru pas drôle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s