Cape Cod Confidential ? Pas vraiment.

C’est bien joli d’invoquer le grand James Ellroy, mais nous allons voir que Un moindre mal de Joe Flanagan est quand même loin du compte.

FlanaganNous sommes à Cape Cod en 1957. Le lieutenant Warren, froid, distant avec les autres flics, est le chef par défaut de la police locale, en attendant une décision de la municipalité suite à la maladie du chef précédent. Il gère les affaires courantes jusqu’à ce qu’on découvre les cadavres de deux gamins assassinés. L’occasion d’imposer la présence de Stasiak, héros de la lutte contre la mafia à Boston qui vient prendre la main pour la police d’état.

Warren va vite s’apercevoir que Stasiak est un homme dangereux, violent, et que ce n’est peut-être pas un hasard s’il a été écarté de Boston malgré ses états de service en apparence brillants. Dans une ambiance de corruption de plus en plus évidente, les cadavres vont s’accumuler et la situation de Warren devenir intenable.

Ellroy à Cape Cod lit-on donc sur le bandeau … Certes, il y a un flic ripoux, des meurtres, et une allusion au Dalhia Noir. C’est quand même très insuffisant pour faire de ce polar somme toute moyen le Cape Cod confidential.

Au moins pour moi. Parce que si j’ai poursuivi jusqu’au bout, je n’ai jamais réussi à me passionner pour cette histoire. Des personnages pas assez incarnés, des pourris pas assez effrayants, des personnages et des intrigues secondaires qui n’apportent pas toujours grand chose à l’histoire principale.

Au final j’ai lu pour avoir le fin mot de l’histoire, parce que l’intrigue est plutôt bien menée, mais sans jamais trembler, ni sourire, ni rager, en un mot, sans vraiment m’émouvoir. Et sans ressentir, les soirs, cette impatience, cette envie de voir tout le monde à la maison aller se coucher pour pouvoir, enfin, retrouver mon bouquin. Ce qui est un signe qui ne trompe pas.

Pas mal sans plus donc.

Joe Flanagan / Un moindre mal (Lesser evils, 2016), Gallmeister (2017), traduit de l’anglais (USA) par Janique Jouin-de Laurens.

5 réflexions au sujet de « Cape Cod Confidential ? Pas vraiment. »

  1. belette2911

    Comme toi, pas trouvé le rapport avec le L.A confidential et je ne me suis pas passionnée non plus pour l’histoire, même si j’ai bien aimé, mais il y avait quelques longueurs. Mitigée je fus. Mais je pensais que c’était mon état d’esprit qui n’était pas bon au moment de ma lecture, je vois que non…

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      ou alors moi non plus je n’étais pas dans un bon état d’esprit … mais ce dont je suis certain c’est que la référence à LA Confidential est un poil gonflée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s