Indridason sans Erlendur

J’ai raté le premier roman de la trilogie des ombres d’Arnaldur Indridason, j’attrape le train en marche avec le second, La femme de l’ombre.

IndridasonA Petsamo, en Finlande, une jeune femme attend son fiancé. Islandais comme elle, il vivait à Copenhague, et doit rentrer en Islande à bord d’un paquebot qui va rapatrier tous les islandais se trouvant dans des pays envahis par l’Allemagne nazie. Il n’arrivera jamais.

A Reykjavik, dans une ville occupée par les britanniques puis par les américains, deux cadavres sont retrouvés : l’un, complètement défiguré, vêtu d’un uniforme américain, l’autre, celui d’un noyé porté disparu par son épouse depuis quelques jours.

Deux hommes enquêtent. Thorson, de la police militaire qui est un des rares soldats à parler islandais, et Flogent, de la police de Reykjavik. Deux hommes qui s’estiment et se respectent, malgré l’hostilité ou le mépris qui règne souvent entre locaux et occupants.

J’ai vu de bons billets sur ce roman qui, si l’on en croit la quatrième, a gagné un prix en Islande. Et pourtant, je suis déçu.

Oui l’histoire est fort bien menée, les trois histoires se mêlent petit à petit, et l’auteur s’y entend pour embrouiller son lecteur sans jamais le perdre, pour finalement révéler tous les liens entre ses histoires.

Oui aussi, le contexte historique et social est parfaitement rendu, avec le contraste entre une armée d’occupation riche et les conditions de vie très dures des islandais. Contraste, fascination pour l’Amérique, et en même temps rejet. Mépris des occupants pour une population qu’ils ne cherchent pas à connaître. Poids des conventions et du regard des autres à une époque encore très fermée.

Mais, mais, et c’est là un avis complètement subjectif, à mon goût, les personnages sont loin, très loin d’avoir l’épaisseur de ce cher Erlendur. Je les trouve moins fouillés, plus schématiques. Et du coup, je m’intéresse assez peu à ce qui leur arrive. L’émotion, qui fait la force des romans consacrés à son personnage fétiche est ici absente.

Intéressant, mais froid, sans passion, sans chaleur. Instructif mais pas émouvant. Donc je suis déçu. Et curieux de savoir si je suis le seul et si vous êtes conquis ou pas.

Arnaldur Indridason / La femme de l’ombre (Petsamo, 2016), Métailié (2017), traduit de l’islandais par Eric Boury.

11 réflexions au sujet de « Indridason sans Erlendur »

  1. lectriceencampagne

    Moi j’ai beaucoup aimé. Il n’y a certes pas d’émotions fortes, ni d’attachement fort – quoi que, Thorson et Flovent m’intéressent pas mal, car reste l’ambiguïté des personnages, ça j’aime bien, ainsi que le portrait de la société islandaise, pas réputée pour sa chaleur, je crois.

    Répondre
  2. Pierre FAVEROLLE

    Salut Jean Marc, je l’ai lu aussi et je suis de ton avis, c’est un bon roman policier mais loin de l’univers d’Erlendur et de ce que peut faire Indridason. Autant j’avais beaucoup aimé le premier, autant celui-ci m’a déçu. D’autant plus que les 3 affaires ne se rejoignent pas, d’où l’impression qu’il y en a une (d’affaire) qui est là pour de remplissage. Amitiés

    Répondre
  3. Meyer Meyer

    Je viens de commencer le 1er volume de la trilogie. Après une centaine de pages, le personnage de Thorson commence prendre de l’épaisseur (celui de Flovent pas encore). Peur-être aurais-tu dû commencer par le 1er volume. C’est vrai que dans les « séries », les personnages prennent de l’épaisseur au fil des romans ( Erlandu, Wallender, Harry Hole, le 87e, Resnick, etc.). Je te donne mon avis dès que je termine le bouquin.
    Sinon, un conseil de lecture sur 2 livres que je viens de lire: « l’affaire Léon Sadorski » puis « l’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski » (à lire dans l’ordre même si le 2e est meilleur que le 1er). Le personnage principal est un des plus antipathiques qu’il m’ait été donné de rencontrer en littérature. C’est un inspecteur aux affaires juives durant l’occupation..La banalité du mal., glaçant.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Je sais que je devrais lire ces bouquins, je vais finir par m’y mettre ! Et j’aurais sans doute dû lire le premier tome d’Indridason, j’attends ton avis final sur celui-ci.

      Répondre
  4. belette2911

    Un manque d’épaisseur dans les personnages de mon chez Indridason ?? Mais que fait la police ?? C’est un crime qu’il ne mette pas d’épaisseur dans ses personnages, parce que c’est sa force et je comprends ta déception.

    Je le lirai, parce que je veux lire tout, et je suis en bonne voie, et je te dirai ce que j’en ai pensé à ce moment-là, en espérant avoir oublié ta chronique pour partir avec un esprit vierge 😉

    Répondre
  5. Meyer Meyer

    Ca y est j’ai lu le 1er roman de la série « Dans l’ombre ». J’en retire un sentiment mitigé. L’enquête progresse lentement a un rythme « Erlandurien » et cela est très agréable à lire et à suivre malgré quelques « hasards » bienheureux qui aiguillent les enquêteurs. Mais la fin sur une affaire d’espionnage m’a paru incohérente avec le reste du livre. pont positif :le côté historique sur l’occupation britannique puis américaine que j’avais découvert dans le « lagon noir ». Sinon c’est vrai que les 2 protagonistes principaux manquent d’épaisseur : Flovent on ne sait rien de sa vie on le suit juste dans l’enquête, pour Thorston on ne sait pas grand chose non plus sinon qu’on devine une homosexualité refoulée. Le livre est quand même très largement supérieur au « Livre du roi » que j’avais eu bien du mal à terminer. Pour résumer, un livre qui se lit sans déplaisir mais vraiment pas indispensable.
    Vivement un retour d’Erlandur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s