Pas convaincu par le dernier Pascal Dessaint

C’est toujours plus embêtant de parler du roman de quelqu’un qu’on connaît depuis pas mal de temps, et qu’on croise régulièrement, surtout quand on n’a pas été convaincu. Mais bon on ne peut pas toujours ne faire que des choses faciles. Donc voici Un homme doit mourir de Pascal Dessaint.

DessaintQuelque part dans les Landes, a priori dans le sud, pas loin de la mer, Boris est un naturaliste qui travaille pour les pourris : Ceux qui pondent des contre-expertises quand une première expertise conclue à l’infaisabilité d’un projet industriel pour des raisons écologiques. Ici il s’agit d’enfouir des déchets dans une zone où vit une espèce protégée de libellule.

Pas loin de là, Raphaël a fait construire une villa moderne au milieu de nulle part, coupant la dune en deux, avec vue imprenable sur l’océan. Surement à coups de pots de vin. Il vient d’appeler deux amis qui lui sont redevables d’on ne sait quelle façon, et qui vont le rejoindre. Certainement pour une nouvelle saloperie.

Comment et pourquoi ces hommes seront-ils amenés à se croiser ? Et qui paiera les pots cassés ?

Donc je n’ai pas été convaincu. Pourtant Pascal Dessaint a toujours une belle écriture, et ses pages de descriptions restent belles. Son chapitre d’ouverture est très réussi. Et on reconnaît bien son goût pour la nature, la précision de ses descriptions et son engagement pour un monde plus juste et plus vert.

Si cette fois cela n’a pas marché pour moi c’est, dans un premier temps, que je n’ai pas cru un instant à l’histoire policière qui articule le récit. Finalement, était-elle indispensable ? Le prétexte qui relie trois personnages qui, bien que se disant amis, ne semblent rien avoir en commun ne tient pas la route.

Mais ce qui m’a surtout fait complètement sortir du roman, c’est que je crois encore moins aux personnages qu’à l’histoire. A part quelques figures secondaires bien vues et crédibles, comme le tonton vengeur, le naturaliste spécialiste des libellules, et le couple qui tient le gite, je n’ai cru ni en Boris, et encore moins en Raphaël et ses deux soi-disant amis. Du coup les longs paragraphes décrivant les pensées des deux narrateurs sonnent faux et leurs actions manquent de cohérence. Plus d’émotion, plus d’empathie, et du coup leurs longues réflexions lassent. Et on se contrefout de savoir s’ils vont crever ou survivre.

De toute façon l’un est un pourri intégral, copain de deux autres pourris qui passent leur temps à justifier leur pourriture (et je suis bien persuadé que les vraies ordures ne se sentent jamais tenus de se justifier, surtout pas avec leur potes), et l’autre est un parfait faux-cul, qui bosse, en toute connaissance de cause pour des immondes, et se cherche des excuses, avant de faire sa sainte-nitouche. Et, même dans leur pourriture ou leur faux-culterie, ils ne sont pas flamboyants, juste chiants.

Le problème serait-il que l’auteur a voulu faire passer son message humaniste et écologiste au travers de personnages qui agissent à l’inverse de ses convictions ? Mais qu’il n’a pas osé en faire de vrais méchants qui se torchent avec tout ça dans la joie et la bonne humeur décomplexée ?

Je n’en sais rien, tout ce que je sais c’est que je n’ai pas du tout marché dans cette histoire, et que je n’ai pas cru aux personnages. Dommage.

Pascal Dessaint / Un homme doit mourir, Rivages (2017).

2 réflexions au sujet de « Pas convaincu par le dernier Pascal Dessaint »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s