Trop n’importe quoi pour moi

Cela faisait un moment que je voyais les romans sans auteur de chez Sonatine. Ils ne me tentaient pas trop. Mais histoire de me faire une idée, j’ai fini par lire le dernier, Bourbon Kid, d’un auteur anonyme donc.

BourbonNous avons les Dead Hunters, une bande de tueurs, commandés par le Diable, qui éliminent de la surface de la Terre un certain nombre de personnes.

Et vous avez Caïn, le tueur originel, qui va réveiller et sortir de leur prison les quatre cavaliers de l’Apocalypse, qui veulent ouvrir les portes de l’Enfer. Mais le Diable ne veut pas, et donc les Dead Hunters vont avoir, pour une fois, des adversaires à leur hauteur, voire un poil plus forts qu’eux.

Si l’Apocalypse n’est pas pour demain, certains vont quand même passer un mauvais quart d’heure.

Je ne vais pas en faire des tartines. Je ne peux pas dire que je me sois ennuyé. Mais c’est assez potache. Beaucoup d’énergie, pas vraiment canalisée, des vannes de vestiaire de rugby, des scènes d’actions plutôt réussies, et une intrigue pas loin du grand n’importe quoi, avec un côté grand-guignol qui fait passer la pilule.

On peut s’agacer, ou éprouver en lisant le plaisir un peu coupable que l’on peut avoir à regarder un film de Terence Hill et Bud Spencer, pour ceux à qui la référence dit quelque chose. Pas moins, mais pas plus non plus. Donc j’en resterai là.

Bourbon Kid (The day it rained blood, 2017), Sonatine (2017), traduit de l’anglais (USA) par Cindy Colin-Kapen.

13 réflexions au sujet de « Trop n’importe quoi pour moi »

  1. Michel Quedeverbes

    Ouf, je me sens moins seul ! Il y a quelque temps, j’ai lu le premier Bourbon Kid de la série, au vu des commentaires élogieux de la blogosphère. Jusqu’au bout ! Mais en jurant, un peu tard, qu’on ne m’y prendrais plus 😉

    Répondre
  2. belette2911

    Quand on lit Anonyme, on sait que ce sera du n’importe quoi, des trucs de oufs. Le premier m’avait surpris, après, plus de surprise, je sais où je mes les pieds. J’adore ! Mais je ne suis pas impartiale 🙂

    Répondre
  3. Paco

    Tout à fait d’accord avec la critique. Mais j’aime bien le roman-feuilleton : j’ai été un grand lecteur de Pardaillan, et le récit qui part dans tous les sens, avec son côté improvisé, m’y fait penser. Rien de génial, mais un plaisir quand même : la comparaison avec Trinita est plutôt bien vue (lire le chapitre 1 du premier tome). J’avais plutôt pensé à une série B de Tarantino (Boulevard de la Mort)… Ou aux romans déjantés de Harry Crews (qui est bien supérieur, pas de doute).

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Je n’ai pas lu le premier, mais j’ai effectivement aussi pensé aux productions déjantées de Tarantino, style Machete. Pour moi Crews c’est très, très au dessus.

      Répondre
  4. Sandra

    Difficile d’apprécier sans commencer par le début de la série!! Pour ma part, je trouve le tout marrant et sans prétention. J’adore!! Vous n’auriez pas dû commencer par la fin… vous deviez être vraiment perdu…

    Répondre
    1. Michel Quedeverbes

      Je confirme : difficile de ne pas se dire que c’est parce qu’on n’a pas commencé par le premier de la série qu’on n’a pas apprécié. Dès lors, on donne une deuxième chance et on perd une deuxième fois son temps. J’ai eu la chance de commencer par le premier, ce qui m’a fait abandonner l’expérience sans remord 😉 !

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s