Philippe Huet, début de la série havraise

Plus que ma première lecture de 2018, il s’agit ici de ma dernière de 2017 qui a un peu trainé, pour cause de festivités. J’avais raté Les quais de la colère de Philippe Huet à sa sortie, j’ai profité de sa venue à Toulouse Polars du Sud pour rattraper ce retard.

HuetLe Havre 1910. Sur les quais les navires à vapeur remplacent les voiliers, et les tout puissants maîtres charbonniers de la ville règnent en fournisseurs incontournables de la denrée première. A l’autre bout de l’échelle sociale, les dockers du charbon sont la lie du port : épuisés, ivrognes, malades de respirer les vapeurs de charbon, sales et puants, personne ne s’occupe d’eux, et ils meurent dans leur coin entre deux cuites dans les pires bouges du port.

Jusqu’à l’arrivée de Jules Durand, dit le curé, un anarchiste buveur d’eau, qui, peu à peu, va les organiser et leur rendre une fierté pour enfin pouvoir affronter les maîtres. Des patrons qui bien entendu ne vont pas permettre une telle atteinte à leur toute-puissance et vont tout tenter pour faire tomber Jules Durand.

Même si j’ai un peu moins aimé ce premier roman de la série que le dernier (Le feu aux poudres), je pourrais pour cette première chronique de 2018 recopier mon article passé. On est dans le grand roman noir social et historique à la Hervé Le Corre, Patrick Pécherot ou … Emile Zola. Sur un fond que l’on sent très documenté de réalité historique, on est au ras du charbon, dans les bouges ou les salons très stricts de la haute bourgeoisie havraise.

On passe d’une salle misérable où s’entassent les charbonniers puants, ivres et révoltés, à la morgue insupportable des maîtres. On croise des noms que l’on connaît parce qu’on les voit sur nos plaques de rues, comme René Coty ou Aristide Briand, ou croise des journalistes et des hommes de main, on déjeune dans une auberge qui se souvient encore de Maupassant …

Et surtout on voit comment les puissances de l’argent ont détruit un homme qui, à ma connaissance, n’a pas, lui, de rue à son nom, alors qu’il l’aurait amplement mérité.

Mais comme dit le dicton, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire. Heureusement que Philippe Huet donne vie et voix, le temps d’un beau roman, à l’un des vaincus.

Philippe Huet / Les quais de la colère, Albin Michel (2005).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s