Preacher, l’intégrale complète

Ça y est, l’intégrale est complète, le sixième et dernier volume de Preacher est sorti.

Comme j’en avais vu l’annonce sur le site de Bédéciné, je me suis relu les cinq premiers volumes, avant d’avaler le sixième, vite samedi, avant que mon fils me le pique dimanche.

Preacher CouvComme ça, à chaud, le choc est toujours aussi important à la relecture. Le pied total. Certes, il ne faut pas avoir le palais trop délicat, il ne faut pas tordre le nez si on lit « fils de pute » ou « trou du cul », si le gore, le sexe, et surtout le blasphème vous font sortir le chapelet d’ail et aller vous confesser à votre directeur de conscience.

C’est cru, c’est trash, c’est drôle, ça a une énergie phénoménale, les fanas sorciers de toutes les sectes en prennent plein la gueule, les fachos se chient littéralement dessus (ben oui, c’est un des avantages d’avoir la voix de Dieu et d’en faire bon usage). Dieu y est présenté comme un sinistre connard, puissant mais terriblement mesquin, une sorte d’ado pas bien fini qui exige qu’on l’aime et se contrefout des dégâts qu’il cause.

On y parle de lynchage médiatique (déjà fin des années 90), de fonctionnement de l’industrie de disque, de fanatisme, d’abus de pouvoirs, de musique, d’amitié, de responsabilité, de machisme, d’amour, d’empathie envers les plus faibles (parce que sous des dehors de gros durs, les deux auteurs sont de vrais gentils), et de bien d’autres choses.

A la fin les gentils gagnent, certains ont droit à une seconde chance, mais pas tous, les personnages ont une vraie épaisseur et une vraie complexité, même si les auteurs ne rechignent pas à un peu de caricature avec quelques pourris emblématiques, dont l’hilarant nazi Herr Star, toujours délicieux, à qui notre héros Jess fait une tête de pine (ben oui, dans Preacher il y a un personnage qui s’appelle tête de fion, et un qui a une tête de gland).

Preacher 01C’est une BD pour les fans de Hap Collins et Leonard Pine de Lansdale, on y retrouve le Texas, et le même humour bien … Disons pas toujours d’une grande finesse, mais tellement bon.

J’oubliais, de quoi ça cause ? Jess Custer est Preacher d’une petite ville de trous du cul au Texas quand Genesis, l’enfant d’un archange et d’une diablesse s’échappe du Paradis où il est tenu prisonnier et vient se loger dans sa tête, cramant vif au passage les 200 fidèles venus écouter son prêche. Résultat, Jess hérite d’une mémoire, de connaissances, et de la Voix de Dieu à qui personne ne peut résister : Quand il l’utilise, on obéit.

Il comprend aussi que Dieu est un sinistre fils de pute et entreprend de le chercher pour lui demander des comptes. Il est accompagné de Tulip, son amour, pas forcément toujours commode et qu’il est vivement conseillé de ne pas trop chauffer et d’un pote inhabituel, Cassidy, un vampire d’origine irlandaise amateur de bière. Sur son chemin une troupe impressionnante de frappés, fanatiques, fachos, empêcheur de boire, baiser ou penser comme on veut. Et ça va saigner.

Une question continue à me tarabuster : Cette BD publiée la première fois entre 1995 et 2000 pourrait-elle voir le jour aujourd’hui où, les abrutis fanatisés de toutes les chapelles, religieuses et politiques appellent au meurtre sur les réseaux sociaux dès que quelqu’un choque un tant soit peu leurs croyances ? Et malheureusement parfois avec pour résultat de vrais meurtres.

En ces temps de lynchage médiatique, où la foule numérique se substitue à la loi pour juger et condamner quiconque ne va pas dans le sens du vent, la publication de Preacher serait-elle possible ? Où une autocensure des auteurs et/ou des éditeurs tuerait-elle le projet dans l’œuf ?

Autant de question qui me font dire que oui, il faut, absolument, lire Preacher, le faire lire à vos amis, gamins (à partir de 15 ans environ), parents, collègues … C’est plus que jamais nécessaire.

preacher-desert

Garth Ennis (scénario), Steve Dillon (dessin) / Preacher, Urban Comics (2015-2018), traduit de l’anglais par Jérémy Manesse.

11 réflexions au sujet de « Preacher, l’intégrale complète »

  1. Joaquim Da Fonseca

    J’ai également adoré. Surtout la conjugaison entre une forme provocatrice, violente, indécente (jubilatoire…) pour façonner histoire fondamentalement humaine, tendre, belle et assez éthique. Impatient de lire les deux derniers tomes et retrouver Tête de Fion !

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Entièrement d’accord avec ça. Sous les dehors provocateurs (et les auteurs sont très provocateurs) et jubilatoires, c’est très humain. Et sans spoiler, finalement, Tête de fion s’en sort plutôt bien.

      Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      D’après ce que j’ai lu ici et là, la série est très loin des BD, en termes de qualité et, disons, de violence de la critique. Ce qui ne m’étonne pas. Pour moi Preacher c’est du niveau de Transmetropolitan. Dur à faire passer en série.

      Répondre
  2. Cyril L

    Je viens, sur vos conseils, d’acquérir les deux premiers tomes et c’est effectivement jouissif, libérateur, tellement anti-conventionnel ! Et le dessin est plutôt sympa. Du coup je vais continuer sur les 4 prochains tomes. Et je me suis mis à la série, qui n’a rien à voir au niveau du déroulé de l’histoire mais qui reste assez insolente malgré tout, avec une Tulip noire (enfin un couple mixte !), un Cassidy très proche de la BD et du sang, beaucoup de sang et quelques bonnes bastons qui font mal. Je conseille donc sa vision même s’il faut s’extirper de la BD pour éviter la désillusion.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      La suite est du même niveau, et le final, avec de belles surprises et quelques personnages pas piqués des vers ! Bonne lecture. Pour la série télé, je vais attendre, j’ai trop la BD en tête.

      Répondre
  3. JMiL

    Jean-Marc, j’ai fini le tome 6 hier, je l’ai lu dans la journée, je ne parvenais plus à m’arrêter : top moumoute ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de BD et ce fût un vrai plaisir. Merci pour le tuyau. Partant pour de nouvelles aventures si tu en a d’autres dans le genre. Elles sont dans mon bureau 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s