Patrick Michael Finn, c’est pas mon truc

Au côté du dernier roman de Dominique Manotti, deux novellas avaient ouvert le bal aux arènes. J’ai déjà parlé de Un feu dans la plaine, voici Ceci est mon corps de l’américain Patrick Michael Finn.

FinnJoliet, petite ville industrielle de l’Illinois. Pas le rêve pour une adolescente. Comme seule perspective, épouser un gus du coin qui va au lycée avec elle, avant de rentrer à l’usine, et d’aller pochtronner dans le bar de fat Kuputzniak le Zimme Piwo Club. En attendant, elle rêve dans le bus qui l’amène au lycée. Elle rêve de séduire le bad boy du coin, et d’évincer sa copine attitrée ; et elle va à l’église avec sa grand-mère.

Jusqu’ à ce vendredi saint, jour où Kuputzniak se prend une cuite monumentale en souvenir de la mort de sa petite sœur, et permet à tous les jeunes de venir picoler chez lui. Ce vendredi-là, c’est décidé, Suzy sera de la fête. Une fête qui va bien entendu tourner au cauchemar.

« Ceux qui ont lu et apprécié Selby y  trouveront largement leur compte » écrit l’ami Wollanup chez les Nyctalopes. J’aurais dû le lire avant. En effet, j’ai pensé à Last exit to Brooklyn, et j’ai eu le même ressenti, et j’avoue que je n’arrive pas à comprendre l’intérêt de ces récits.

Oui c’est trash, c’est cru, c’est suffisamment bien écrit et construit pour refiler une bonne envie de vomir, et c’est certainement un témoignage de ce qu’il peut se passer dans certains coins bien paumés et abandonnés des US (et pas que !). Et ensuite, So what ? Pour moi rien.

C’est là que je vois que je suis très latin. La rage, la douleur, l’horreur, la révolte, mais aussi une pointe d’humanité et pourquoi pas d’humour d’un Ernesto Mallo, ou même des plus sombres textes de Massimo Carlotto me bouleversent durablement. Selby ou Finn, me donnent juste la nausée, le temps de la lecture, et c’est terminé une fois le bouquin refermé.

Question de goût (et dégoûts) et de couleurs.

Patrick Michael Finn / Ceci est mon corps (A martyr for Suzy Kosasovich, 2008), Les arènes/Equinox (2018), traduit de l’anglais (USA) par Yoko Lacour.

6 réflexions au sujet de « Patrick Michael Finn, c’est pas mon truc »

  1. titcamisol

    Puisqu’on parle de dégoûts… A quoi ça sert d’avoir inventer l’imprimerie si c’est pour ne pas publier TOUT Ken Bruen ! J’apprends que 3 tomes de Jack Taylor ne sont pas traduits ! Que quelqu’un s’immole par le feu ( Eric Ciotti au hasard !) Jean-Marc, fais quelque chose, lance une pétition, secoue les éditeurs quand tu les croises, mais ne nous laisse pas orphelins !

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Je vais faire une grève de la faim, au moins jusqu’à l’apéro !
      Je sais, ça me gonfle aussi. Ce que j’ai compris est que si Ken Bruen est adulé par une poignée de fans (dont ma pomme) il n’a malheureusement pas trouvé son public ici. Et comme il a du succès chez lui, les droits sont chers, plus la traduction et ses éditeurs français perdaient de l’argent.
      Reste plus qu’à éduquer des lecteurs français qui préfèrent Millenium ou Bussi à Jack Taylor et R & B !

      Répondre
  2. clete purcell

    Ah oui, Finn, c’est particulier.
    Par ailleurs, la même colère à propos de la disparition de Jack taylor. Mais, il n’est hélas pas le seul.Les deux derniers romans de James Sallis ne sortent pas en France…

    Répondre
  3. Françoise

    Même les meilleurs traducteurs (j’ai eu l’occasion de discuter avec Pierre Bondil) n’arrivent pas à influencer les éditeurs. C’est à désespérer 😥

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      D’un autre côté, je comprends les éditeurs qui ne peuvent pas continuer à vendre à perte. Ce sont les lecteurs qu’il faudrait convaincre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s