Noli me tangere

Un roman d’Andrea Camilleri, que ce soit un Montalbano ou non, ça ne se rate pas. Voici donc Noli me tangere Ne me touche pas.

CamilleriMais qui est donc Laura, belle et brillante épouse d’un écrivain romain de renom ? Et où a-t-elle bien pu disparaître ? Son époux, dévasté, fait appel au commissaire Maurizi, tout en lui demandant la plus grande discrétion. Après tout Laura est une personne adulte qui a tout à fait le droit de disparaître. Messages, conversations, témoignages contradictoires des uns et des autres, petit à petit, il va voir apparaître le portrait d’une femme bien plus complexe et profonde que l’image qu’en ont tous ceux qui l’ont approchée. Et à défaut de la retrouver, peut-être réussira-t-il à la comprendre un peu.

Le Maître prouve ici qu’il n’est pas besoin de pondre un pavé de plus de cinq cent pages pour écrire un roman subtil, intelligent, émouvant et profondément humain.

En moins de 150 pages, par petites touches impressionnistes, lettres, dialogues, coups de téléphones, le portrait sensible, parfois drôle, complexe et toujours touchant d’une femme fascinante se dessine, et avec lui, celui de notre monde, ou du moins d’une partie de notre monde.

A noter que si l’on est loin de la Sicile et de l’exubérance de notre ami Montalbano, Andrea Camilleri montre ce qu’il pense de l’autorité avec un personnage de questeur qui ressemble comme un frère à celui qui pourrit la vie de son commissaire préféré. Même bêtise, même soumission veule à l’autorité.

C’est la pincée d’humour qui vient agrémenter ce très joli roman. Encore un grand plaisir de lecture qui nous vient d’Italie.

Andrea Camilleri / Noli me tangere Ne me touche pas (Noli me tangere, 2016), Métailié (2018), traduit de l’italien par Serge Quadruppani.

14 réflexions au sujet de « Noli me tangere »

      1. RUIZ Katia

        J’ai fait des émules autour de moi que j’alimente régulièrement en Montalbano. J’adoooore !!

  1. Michel MASSANT

    Pour les amoureux de Camilleri et de Florence, ce court roman nous invite à revoir les Fra Angelico de San Marco autrement…. Merci encore pour toutes vos chroniques !

    Répondre
  2. Michèle

    N’ayant jamais lu un Montalbano j’avais acheté « Noli me tangere » pour voir… Et j’ai vu. Magnifique texte, très serré (comme le dit Jérôme Leroy de « La petite gauloise »). Chapeau bas à Camilleri et Quadruppani !
    Car évidemment en français que serait l’écriture de Camilleri sans la traduction de Quadruppani ?

    Et moi qui ne suis jamais allée à Florence à Pise à Milan à Padoue à Murano, pas plus qu’ au Prado ou à la National Gallery, j’ai « presque » vu le « Noli me tangere » 🙂

    Répondre
  3. Michèle

    Je suis idiote de dire que je n’ai pas lu de Montalbano, je m’en étais lu un il n’y a pas longtemps « Une voix dans l’ombre » je crois. En tout cas je vais tous me les lire, j’ai de la chance il y en a 25.
    Celui qui sort le 14 juin, Camilleri semblait dire que ce serait le dernier Montalbano, mais Montalbano va-t-il se laisser faire?
    Je suis en train de lire « Le tour de la bouée » (2005). Camilleri n’en était pas tout à fait à ce qu’ il dit être aujourd’hui son tempo intérieur : 18 chapitres de six pages chacun.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Pour ce qui est du dernier Montalbano, j’avai entendu dire que dans son coffre Camilleri avait déjà rangé le dernier, celui à publier après sa mort, mais je n’ai jamais eu de confirmation de cette histoire qui est peu-être une légende.

      Répondre
  4. Michèle

    Ce que j’aime avec cette langue que Camilleri a inventée à Montalbano c’est qu’ elle me « rend » mes tournures bigourdanes qu’ il m’a fallu abandonner dans ma vie sociale (dont mon métier d’instit)
    Je me le mange, je me le lis. J’adore ces tournures pronominales possessives.

    Il y en a à qui il faut toute une vie pour se réapproprier son enfance, d’autres qui y restent « naturellement » fidèles. Une histoire de classes sociales, de confiance en soi. Les héritiers et les autres; )
    Avec Camilleri (et Montalbano), on est d’emblée dans ce qui nous fonde.

    Une question : à partir de quand de quel roman (pas forcement policier) Quadruppani a-t-il traduit Camilleri ?

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Je croisque tous les Montalbano sont traduits par Quadruppani. Ensuite, pour les non Montalbano, il y a eu deux traducteurs pendant un temps, mais dernièrement c’est serge qui les traduit tous.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s