Mon plaisir coupable à moi

Surprise chez Bargelonne, un polar écrit par le spécialiste de la fantazy avec des gros balaises, de l’humour et de la baston David Gemmell : Chevalier blanc, cygne noir.

GemmellQuelque part dans la banlieue londonienne Bimbo est un colosse qui vit de petit boulots au service du truand local Frank Reardon. Il récupère des sous, fait les gros yeux à ceux qui ne payent pas pour la protection, distribue quelques baffes au besoin, mais généralement, il n’y a pas besoin, sa seule présence est assez intimidante.

Sinon il entretient sa forme, va au parc donner à manger au cygne, discute avec les gamins, essaie d’apprendre à jouer aux échecs avec un vieil antiquaire, et voit ses potes. Jusqu’au jour où, pour aider un ami, il abime un peu un truand qui venait le racketter. Sans savoir que le truand en question était en affaire avec son boss. Reardon qui ne veut pas perdre la face décide alors de donner une leçon à Bimbo, qui lui ne veut pas céder un pouce de terrain. La guerre est inévitable, il va y avoir de la casse.

Ouvrir un David Gemmell, pour moi, c’est comme tomber par hasard au milieu de Le bon, la brute et le truand. Je sais que ce n’est pas ce qu’il y a de plus fin et raffiné au monde, mais si je commence, je ne peux plus m’arrêter. Je ne sais combien de fois, au hasard d’un hôtel, je suis tombé sur ce film, à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit, me disant que j’allais regarder 10 minutes, pour n’éteindre qu’après « Blooooooondy !!!!!!!!!!!!!!! ». (D’ailleurs combien vont regarder le ¼ d’heure de vidéo en lien ?)

Là c’est pareil. Ce n’est pas d’une finesse à toute épreuve, ça ne fait pas mal au crane, on sait comment ça va se terminer, et pourtant ça marche. Parce que David Gemmell est un excellent conteur, qui savait accrocher son lecteur, et qui avait à cœur de lui faire plaisir. Alors une fois de plus j’ai suivi avec beaucoup de plaisir les mésaventures de son colosse, pendant contemporain de Druss, sans la hache. Il y a peu de chance de Gemmell se voit attribuer le Nobel à titre posthume, mais une fois de plus, si vous avez envie de tourner les pages sans trop réfléchir mais avec un grand plaisir, allez-y tranquille. Après vous pouvez revoir pour le vingtième fois Clint, Lee et Eli.

David Gemmell / Chevalier blanc, cygne noir (White knight, black swan, 1993), Bragelonne/Thriller (2018), traduit de l’anglais par Leslie Damant-Jeandel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s