Excellente pension complète.

De Jacki Schwartzmann, j’avais adoré Demain c’est loin. Alors malgré la difficulté qu’il y a à écrire son nom sans faute (il peut pas s’appeler Laherrère comme tout le monde ?) je me suis précipité sur Pension complète.

SchwartzmannDino Scala, gamin d’une cité lyonnaise, est à 45 ans l’ami (le gigolo ?) d’une richissime femme d’affaire luxembourgeoise de 30 ans plus vieille que lui. Comment il est arrivé là ? Un concours de circonstances mêlant bizness foireux de papier peint, hasard et éclipse solaire. Mais là n’est pas l’essentiel.

L’essentiel c’est que cet été-là il se retrouve seul, coincé dans un camping du côté de La Ciotat, et que son voisin de bungalow est un écrivain célèbre, ex prix Goncourt, qui est venu pour quelques jours pour étudier « les gens ». Il n’y aurait pas de quoi raconter une histoire si dans le camping les cadavres ne commençaient pas à s’accumuler, et Dino à se poser des questions …

« Personne n’est épargné, tout le monde en prend pour son grade, sans qu’il n’y ait, au fond, de véritable méchanceté, juste un regard acéré et très lucide sur les défauts et les préjugés des uns et des autres. » Disais-je à propos de son précédent roman. Et bien ça continue, jugez plutôt sur ce bref extrait :

« J’imaginais très bien quel genre de filles cela pouvait être. Des bonnes intentions et de l’altruisme. Elles trouvent que l’Inde est un pays extra et le Pérou l’avenir de l’humanité. Plus tard, elles rouleront dans une voiture hybride à quarante mille euros et elles dormiront dans des draps de chanvre. Elles mangent des graines et boivent du jus de pomme artisanal diarrhéique, font des Nouvel An tofu-tisane et partent à l’autre bout du monde pour enseigner l’anglais à des animaux malades. »

Donc pas méchant mais acide, un verbe qui pique, démange, gratte et surtout fait rire. Parce que cet auteur a un sacré sens de la formule, il a la tchatche. Au point qu’on aurait envie, en permanence, de lire à haute voix, ce qui peut s’avérer embarrassant à si l’on se trouve à côté de sa moitié qui dort ou de son gamin qui révise les maths, ou pire s’il l’on est dans le métro ou la salle d’attente d’un médecin.

Alors certes, il ne faut pas aller chercher les poux sur la tête de l’intrigue. Mais on s’en fiche, on est emporté par le rythme, et mine de rien, on a quelques belles surprises. Et puis, comme à un moment ou un autre, on se retrouve forcément dans le collimateur de Dino / Jacki, on est un peu obligé de regarder nos propres petits travers.

Réjouissant et salutaire. Et oui, lui aussi est à Toulouse, tout le weekend pour Toulouse Polars du Sud.

Jacki Schwartzmann / Pension complète, Seuil/cadre noir (2018).

Une réflexion au sujet de « Excellente pension complète. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s