Magnifique Jack Boucher

Je retrouve la bonne humeur avec le nouveau roman de Michael Farris Smith : Le pays des oubliés.

FarrisSmithJack Boucher arrive au bout du rouleau. Depuis l’âge de 19 ans il a combattu dans des arènes grillagées, univers dont il est devenu une légende. Mais aujourd’hui, à 46 ans, son corps est brisé, et sa mémoire s’enfuit morceau par morceau. Il ne lui reste plus qu’à rendre à Big Momma Sweet les 12000 dollars qu’il lui doit, puis à aller tenir compagnie à Maryann, sa mère adoptive, en train de mourir dans une maison de retraite.

Sauf que, bien entendu, les choses ne vont pas se passer comme ça. Et qu’il va devoir mener un dernier combat.

Le polar, et en particulier le polar américain nous a déjà offert une belle galerie de personnages brisés,  arrivés au bout de leur vie. On pourrait même croire qu’on a déjà tout lu. Et bien non. Jack Boucher est un des plus beaux et des plus émouvants looser déglingué de cette galaxie. Et autant j’avais eu des réserves sur le premier roman traduit de Michael Farris Smith, Une pluie sans fin, autant Nulle part sur Terre et ce dernier sont de vrais bonheurs de lecture.

Certes on se doute bien de comment toute cette histoire peut se terminer. Mais une fois de plus, ce qui compte c’est bien le voyage et non la destination. Et surtout en compagnie de qui on voyage. Et Jack, Maryann et Annette que vous allez découvrir sont des personnages que vous n’oublierez pas de sitôt.

C’est poisseux, glauque et violent, et pourtant d’une humanité et d’une tendresse qui vous mettront les larmes aux yeux. La façon de décrire les souffrances de Jack, sa mémoire qui s’effiloche, sa solitude et pourtant son courage et l’étincelle de dignité qu’il ne veut pas laisser s’éteindre vont vous bouleverser.

Dans toute cette noirceur, quelques rayons de soleil viennent éclairer le récit, comme une gloria entre les nuages d’orage. Le vol d’un faucon, un silence partagé face à un coucher de soleil, un sourire … Au risque de rendre les ténèbres environnantes encore plus noires, par contraste. Mais ça fait quand même du bien.

Un roman magnifique.

Michael Farris Smith  / Le pays des oubliés (The fighter, 2018), Sonatine (2019), traduit de l’anglais (USA) par Fabrice Pointeau.

10 réflexions au sujet de « Magnifique Jack Boucher »

  1. flyingelectra

    j’ai lu ton billet en diagonale, je l’ai dans ma PAL (en anglais) sans doute ma prochaine lecture, je reviendrai ce week-end comparer nos avis !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s