Un roman intrigant

Voilà un livre qui me laisse un peu flottant, ni convaincu, ni complètement déçu. Pour tout dire, je ne sais trop quoi en penser. Chaque homme, une menace de l’américain Patrick Hoffman.

HoffmanQuel est la lien entre Raymond Gaspar, petit truand chargé, juste à sa sortie de prison, de superviser certaines affaires du ponte qui l’a protégé pendant son séjour à l’ombre ; Semion et Isaak, deux israéliens patrons de boites de nuit à Miami qui profitent de leur situation pour traficoter gentiment tout en restant sous les radars ; Moisey Segal, une vague connaissance des deux précédents vivant à Bangkok ; Vanya Rodriguez, alias Candy Hall-Garcia, alias pas mal d’autres, belle plante ; et un chargement de quelques tonnes de came sur le point d’arriver à San Francisco ? Il vous faudra lire Chaque homme, une menace jusqu’au bout pour le savoir.

Je suis passé par tous les états (états de lecteur, n’exagérons rien) pendant cette lecture. Au début, incompréhension et un peu d’ennui, au point d’avoir failli abandonner pendant la première des 5 parties. Comme le personnage de Raymond Gaspar, on ne comprend rien à ce qui est en jeu, et la narration assez elliptique n’aide pas. Ce qui n’aide pas non plus c’est que les personnages sont peu creusés, et qu’on n’arrive pas trop à s’intéresser à ce qui leur arrive.

Ceux que l’on croise ensuite sont un peu mieux définis, leur histoire un peu plus claire, et on commence à se prendre au jeu. Et puis, peu à peu, on entrevoit des liens entre les différents protagonistes présentés au long des 5 parties du roman (courtes les 5 parties, le roman fait 300 pages).

Et au final, même si certains aspects me semblent un poil tirés par les cheveux, il faut reconnaître que l’on reste assez bluffé par le puzzle qu’a construit l’auteur, et la construction tordue qu’il a mise en œuvre pour perdre son lecteur jusqu’à la cinquième et dernière partie où tous les fils se rejoignent.

Donc on referme le bouquin, beaucoup plus satisfait que pendant les 50 premières pages. Il faut aussi dire que si la lecture est au final distrayante, ce n’est pas non plus un roman exceptionnel, aucun personnage ni aucune scène ne resteront gravés dans ma mémoire, et je risque de l’avoir oublié assez rapidement. Pour les amateurs de constructions tordues essentiellement.

Patrick Hoffman / Chaque homme, une menace (Every man a menace, 2016), Série Noire (2019), traduit de l’anglais (USA) par Antoine Chainas.

3 réflexions au sujet de « Un roman intrigant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s