Carnet de voyage 1

Si la publication et la modération des commentaires ont été un peu aléatoires ces derniers temps, c’est que toute la famille était en vadrouille, loin, et parfois dans des endroits peu, voire pas, connectés (un bonheur).

Petit carnet de voyage avec photos en trois parties, au Brésil de nouveau, trois ans après la première visite.

Première destination, Salvador de Bahia, en commençant par quelques jours sur une plage à une heure au nord de la ville, Imbassai, parfaite pour qui veut le calme, la plage, pas de voitures, pas trop de monde. Un hôtel sur la plage qui permet, si l’on se lève à 6 heures, d’assister au lever de soleil et de marcher pendant des kilomètres si l’on veut, seuls ou presque.

Imbassai-2892

Imbassai-2842

Vagues, soleil, caipirinha, moqueca, et tudo bem.

Imbassai-7531

Ce qu’il y a de magique ici est que tout finit par s’arranger. Les chambres ne sont pas celles prévues lors de la réservation ? ta bom, on change. Une fenêtre ne s’ouvre pas, la poignée de l’autre vous reste dans la main ? ta bom, on répare, et on profite de l’éclipse de lune. Le vent se lève en rafales, tudo bem, demain le jour sera lindo como voce. Impossible de ne pas être relax et de bonne humeur, même s’il pleut, même si les vagues sont énormes, même s’il y a du vent.

Imbassai-2895

Et puis on peut toujours saluer quelques amis, en l’air ou dans les arbres.

Imbassai-2912

Après 6 jours de farniente, direction la ville, Salvador de Bahia. Première impression pour les européens que nous sommes habitués à beaucoup marcher, ici on ne peut pas se déplacer à pied d’un quartier à l’autre. Il faudrait passer par des quartiers un peu délicats, et traverser les 4 à 6 voies qui ne semblent vraiment pas faites pour les piétons. Donc difficile d’apprivoiser la ville, de trouver où faire ses courses sans aller dans les shopings (horreur), d’avoir une idée précise de comment aller d’un quartier à l’autre.

Salvador-7633

Salvador-7628

Les impressions suivantes, l’océan est partout. Quartier Rio Vermelho où nous logeons, mais surtout quand on se déplace, on reste en général très peu de temps sans le voir. Autre présence, la musique, partout aussi, et celui par qui j’avais l’impression d’avoir découvert la ville, bien des années auparavant, Jorge Amado. Statue Jorge Amado, centre culturel Jorge Amado, place Tereza Battista dans le très touristique et très beau Pelourinho …

Salvador-7624

Et quand on discute avec les gens ce qui sort tout de suite, c’est le clivage total à propos de la politique. Sans jamais donner notre avis, et grâce à notre portugnol, systématiquement, le sujet Bolsonaro vient sur la table, fanatiquement pour ou contre, presque toujours lié intimement avec un clivage contraire (of course), concernant Lula et le PT. Autant sinon plus que lorsqu’on aborde le sujet du péronisme en Argentine.

Présence partout des églises évangélistes, mais aussi, et c’est une caractéristique de la ville, du Candomblé et des Orixas chers à Amado.

Salvador-7636

Sans oublier de magnifiques peintures sur les murs, et ce slogan d’un cinéphile aux goûts très surs.

Salvador-7600  Salvador-7601

Salvador-7653

Quelques photos de cette ville étonnante, que l’on commençait à aimer un peu plus quand nous en sommes partis, après 5 jours. Une expérience à retenter donc.

Salvador-7559

Salvador-7599

Salvador-7671

Salvador-7590  Salvador-7608

Sinon, jus de fruit, moqueca, coco gelado, une gastronomie très riche et variée, et la découverte dans le Pelurinho d’un jus lait de coco citron vert absolument fabuleux.

Salvador-7674

Salvador-7663  Salvador-7606

Prochaine étape, pleine nature, eau, forêt et faune dans le Pantanal.

Salvador-7690

 

8 réflexions au sujet de « Carnet de voyage 1 »

  1. Trane

    Tes voyages sont toujours agrémentés de superbes photos. Merci de nous les faire partager. Tu me remémores notre voyage au Brésil, il y a une dizaine d’années, un pays et des personnes magiques. Tu me donnes envie d’y retourner mais pour nous ce sera le Cambodge cette année.

    Répondre
  2. Olivier

    Bonne vacances.
    La rentrée va être chargée question polars. Le nouveau Don Winslow vient clore brillamment la trilogie sur les cartels mexicains (je n’ai pas pu attendre la traduction et j’ai profité des vacances pour le dévorer en V.O.), et il y un Ellroy qui arrive (espérons qu’il tienne ses promesses).

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Ellroy je n’ai pas été complètement conquis par le début de sa nouvelle trilogie. Et Don Winslow on risque de l’attendre un moment. D’ici peu j’attaque la rentrée, sans doute avec Nesbo.

      Répondre

Répondre à actudunoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s