Qu’achète-t’on pour 60 000 euros annuels ?

Lors du dernier TPS, un habitué avec qui j’ai eu l’occasion de papoter me disait que ça faisait longtemps que je n’avais pas pété un câble. Ben voilà, c’est une petite info entendue ce matin, et confirmée sur Le Monde qui m’a mis en vrille.

« Si la fonction de président du think tank Parallaxe figurait bien sur sa déclaration d’intérêts à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), ses 5 000 euros mensuels faisaient polémique. Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, a donc décidé, mardi 10 décembre, de quitter ses fonctions au sein de ce groupe de réflexion, créé par le réseau HEP Education au sein du groupe IGS, fédération d’associations indépendantes à but non lucratif, après « réexamen » de « sa situation personnelle ». »

Ce qui m’agace, et le mot est faible, c’est que l’information est relayée sans poser quelques questions qui pourtant viennent assez rapidement à l’esprit.

Premier commentaire, pour une fédération d’associations à but non lucratif, IGS est bien lucrative pour ses employés, ou du moins certains. Question d’où vient le fric ?

Ensuite 5000 euros mensuels. Je travaille dans une entreprise où plus de 70 % des gens sont ingénieurs, docteurs, bac + 5 minimum. A part quelques exceptions sur près de 2000 personnes, personne ne gagne 5000 euros par mois. Et pourtant tout le monde a un boulot qui occupe un beau temps plein, voire un temps débordant.

Alors quel service rendait donc monsieur Delevoye pour un tel salaire, sachant qu’il a par ailleurs un boulot que l’on suppose assez prenant pour le gouvernement ? Ou pour être plus clair dans la question, qu’achète l’IGS pour 5000 euros mensuels, sachant que ce n’est pas un travail, vu que le monsieur est déjà employé à temps plein ailleurs ?

Si c’est un cadeau d’argent public, c’est un scandale, il vaudrait mieux payer des profs, des internes, des infirmières etc …

Si c’est de l’argent privé, comme les privés sont rarement philanthropes, et vu qu’il fournit aucun travail, quel service, lié à son vrai boulot pour le gouvernement, ce monsieur rend-il en échange des 5000 euros mensuels ?

Voilà du boulot pour un journaliste : Que paye donc une entité assez difficile à cerner (je suis allé sur le site, c’est très brumeux) quand elle donne 5000 euros par mois à quelqu’un qui ne fait rien pour elle et travaille pour le gouvernement ? Vous avez deux mois.

19 réflexions au sujet de « Qu’achète-t’on pour 60 000 euros annuels ? »

    1. actudunoir Auteur de l’article

      Je ne sais pas si ces 5000 euros ont quelque chose à voir avec le rapport sur les retraites, mais dans tous les cas, on vérifie, une fois de plus, que ces gens qui décident de nos avenir vivent sur une autre planète et ne sont pas d’une honnêteté irréprochable.

      Répondre
  1. Nicolas

    Ça me fait doucement rire quand on entend nos « amis » politiciens nous dire la main sur le cœur qu’on ne s’enrichit pas en faisant de la politique mais le réseau, le carnet d’adresse, les relations publiques ça marche à fond.
    Misère et tristesse de la répétition…

    Répondre
      1. Damien

        On peut noter aussi la facilité avec laquelle il annonce rembourser les 140 000 euros du think-thank Parallaxe, comme si c’était une simple contravention.

      2. actudunoir Auteur de l’article

        Ben oui, c’est quoi 140 000 euros ? Hier sur F Inter un collègue de la majorité réputait sa confiance dans ce personnage un peu étourdi, en faisant appel à sa bonne foi. Je conseille aux lecteurs, la prochaine fois qu’ils se feront contrôler en excès de vitesse, ou en stationnement interdit, de plaider qu’en toute bonne foi ils n’avaient pas vu les panneaux. On verra si ça fonctionne.

  2. Choup

    Je te rejoins totalement… j’entendais ce matin la porte-parole du gouvernement qui ramait pour dire que non, il n’avait pas sciemment oublié de dire qu’il était payé par ces organismes. Je me suis dit qu’elle devrait aller aux JO en aviron. Elle gagnerait sûrement.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Et ils risquent de ramer un peu plus si tout le monde reprend l’info publiée dans Libé comme quoi, avant ces 5000 et quelques, il gagnait déjà 15 000 par mois, dont plus de 6000 de retraite, cumulée bien entendu avec sa paye pour faire un rapport dans lequel il explique très sérieusement qu’ils vont garantir une retraite à 1000 euros à ceux qui ont bossé toute leur vie à plein temps au SMIC !

      Répondre
  3. Square

    M. Delevoye étant atteint de troubles mnésiques il doit être soigné, c’est le moins qu’il puisse demander à la société française, si bienveillante.
    M. Delevoye étant atteint de troubles mnésiques il ne peut rester en fonction, c’est le moins qu’on attende de lui.
    M. Delevoye étant atteint de troubles mnésiques ses recruteurs sont très mauvais il faut s’en séparer, c’est à minima ce qu’on réclame !

    Encore une jolie diversion, peut-être ?

    Répondre
  4. Trane

    Que ça fait du bien de vous lire. A croire que cela ne choque personne. On apprend qu’il était également bénévolement dans je ne sais plus quel conseil de la SNCF. Ce garçon à des gros problèmes de mémoire. Lui confier l’avenir de nos retraites me paraît bien peu prudent…

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      A ce stade d’Alzheimer, sa place est dans une maison spécialisée. Où des aides soignants pourraient lui expliquer comment on vit avec un peu moins de 1500O euros par mois.

      Répondre
  5. Paul Chion

    Je ne commente pas souvent, mais je lis très souvent. Là, en l’occurrence comme en beaucoup d’autres, je partage la colère. Ce même genre de gus se permet de traiter de privilégiés des gars de la SNCF qui vont partir avec 1200/1300 euro de retraite, après 42 ans de bons et loyaux services (WE souvent compris). Ce n’est pas un gouvernement corrompu c’est la corruption élevée au rang de principe de gouvernement. Gare aux éclats quand ça va pêter…

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      C’est un gouvernement qui croit que faire des affaires et gouverner un pays c’est la même chose. On devrait, systématiquement, obliger le ministre de l’éducation à enseigner une semaine en ZEP, celui de la santé à faire des gardes aux urgences, etc … Ils perdraient un peu moins, peut-être, le contact avec la réalité. Mais c’est vrai, que ça pourrait péter avec beaucoup d’éclats dans tous les sens.

      Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s