Bilan 2019

Les années se suivent et se ressemblent, je suis toujours incapable de me limiter à 5 ou 10 romans à mettre en avant pour l’année. Et puis, pourquoi me forcer, je suis chez moi, je fais ce que je veux ! Donc voilà tous les romans que j’ai aimés cette année, de quoi peut-être vous donner des idées pour des cadeaux pas bêtes en cette fin d’année.

On commence avec des séries qui se poursuivent pour notre plus grand plaisir. Cette année on a retrouvé nos amis américains. L’incontournable Dave Robicheaux de James Lee Burke dans le sobre Rochicheaux, les hilarants Hap et Leonard de Joe Lansdale sont dans Rusty Puppy, Walt Longmire et toute sa clique dans le Wyoming de Craig Johnson, Dry Bones. Pas encore aussi connus, Sean Stranahan et la shérif Martha Ettinger de Keith McCafferty enquêtent dans la Montana de Les morts de Bear Creek et Sullivan Carter de Neely Tucker travaille toujours au Washington Post dans Seules les proies fuient.

Burke Lansdale Johnson McCafferty  Tucker

Chez nos amis britanniques, John Rebus de Ian Rankin semble inoxydable dans La maison des mensonges, il est cette année accompagné d’un petit nouveau, Aidan Waits, flic à Manchester de Joseph Knox pour sa seconde apparition dans Chambre 413 et de l’inspecteur Zigic et de Mel Ferreira de Peterborough d’Eva Dolan dans Haine pour haine.

Rankin  Knox  dolan

En Italie cette année nous sommes allés dans la Sicile d’Andrea Camilleri avec le commissaire Montalbano, La pyramide de boue, dans la Naples des années trente pour L’enfer du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni, et à Parme avec le commissaire Soneri de Valerio Varesi dans Les mains vides.

Camilleri  De Giovanni  Varesi

Côté hispanophone, deux grands retours. Celui de notre cubain préféré, Mario Conde dans La transparence du temps de Leonardo Padura, et la réplicante Bruna Husky dans le Madrid du futur de Rosa Montero dans Le temps de la haine.

Padura  Montero

Plus au nord et plus à l’est, Harry Hole de Jo Nesbo que l’on a cru plusieurs fois mort ou disparu est toujours là dans Le couteau, et un nouvel habitué polonais prend ses marques, Le Kub de Wojciech Chmielarz revient dans La colombienne.

G01675_le-couteau_nesbo 2.indd  Chmielarz

Bien entendu, il n’y a pas eu que le retour de nos personnages préférés cette année, tous les auteurs n’ont pas des personnages récurrents, cela ne les empêche pas d’écrire d’excellents romans. Avec une belle production française pour 2019.

Franck Bouysse et son bouleversant Né d’aucune femme, Hervé Le Corre nous ramène à la Commune de Paris avec Dans l’ombre du brasier, Jean-Hugues Oppel continue dans sa veine économico-espionnage avec Total labrador, et Philippe Huet nous offre un polar « à l’ancienne » du côté du Havre Une année de cendres.

bouysse lecorre  Oppel  Huet

Marin Ledun poursuit dans la veine humoristique avec La vie en rose, Thomas Bronnec poursuit sa politique fiction avec La meute, Pascal Dessaint reste dans le nord-ouest de la France avec L’horizon qui nous manque, nous partons en Colombie avec Paz de Caryl Férey, et enfin Frédéiric Paulin poursuit sa trilogie passionnante avec Prémices de la chute.

Ledun   Dessaint  Bronnec

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)  Paulin

Chez nos voisins, j’ai retrouvé avec plaisir le très discret Marcello Fois pour Comment nous dire adieu, et un Giancarlo de Cataldo atypique et réjouissant, L’agent du chaos. Victor del Arbol lui devient un habitué de qualité. Cette année c’était Par-delà la pluie.

Fois  DeCataldo  DelArbol

Un peu plus loin, un roman très sombre et sans illusion de l’argentin Raul Argemi, A tombeau ouvert, et le retour au polar du colombien Santiago Gamboa avec Des hommes en noir.

Argemi  Gamboa

Chez les anglo-saxons, on a retrouvé avec plaisir Liam McIllvanney, à Glasgow avec Le quaker, et l’irlandais Stuart Neville laisse son flic de Belfast pour commencer une nouvelle série avec Ceux qui nous ont abandonnés.

McIlvanney  Neville

De l’autre côté de l’Atlantique, un retour magnifique, celui de Chris Offut avec Nuits Appalaches, le maintenant classique et toujours très attendu Ron Rash, Un silence brutal, un des auteurs récents de chez Gallmeister Jake Hinkson, toujours très aimable avec les religieux dans Au nom du bien. Et puis, bien entendu, un des monuments de l’année, la conclusion magistrale de la saga de Don Winslow, La frontière.

Offut Rash  Hinkson

Winslow

Et puis il y a eu les découvertes, (au moins pour moi), et donc en cette année 2019 voici les auteurs que j’ai lu pour la première fois, avec un immense plaisir, et que j’espère bien relire bientôt :

En France ma grande découverte a été Les mal-aimés de Jean-Christophe Tixier, roman sombre et bouleversant. Ensuite ce fut très varié, entre le très politique Le second disciple du belge Gorgun Kenan, le roman d’espionnage se déroulant en Corée du Nord de D. B. John, L’étoile du nord, le classique et émouvant Trouver l’enfant de l’américaine Rene Denfeld, un début de série dépaysant et enthousiasmant de l’écossais Mukherjee Abir avec L’attaque du Calcutta-Darjeeling, et le premier roman traduit de l’argentin Jorge Fernandez Diaz, Le gardien de la Joconde.

Tixier  Gorgun  john

Denfeld  A Mathematician (?)  FernandezDias

Et puis il y a eu les inclassables, les OVNI, comme les incursions dans le fantastique de Sauvage de l’américaine Jamey Bradbury, et le troublant L’été où tout a fondu de sa compatriote Tiffany McDaniel. Le roman complètement délirant et fort réjouissant du sarde Gesuino Nemus, La théologie du sanglier ; la fresque historique 1793 du suédois Niklas Natt och Dag, le roman très original et malin d’un auteur de SF russe, Dmitry Glukhovsky, Texto, et pour finir en beauté, le roman plein de rage, de fureur et d’énergie venu de Slovaquie, Il était une fois dans l’est d’Arpad Soltesz.

Bradbury  McDaniel   Nemus

Dag  Glukhovsky  Soltesz

Voilà, on ne s’est pas ennuyé en 2019, et m’est avis qu’on ne s’ennuiera pas en 2020.

26 réflexions au sujet de « Bilan 2019 »

  1. lacavernedupolar

    Super bilan, pour 2020 je vais me noter Texto de Dmitry Glukhovsky, La Frontière de Don Winslow, La meute de Thomas Bronnec et Paz de Caryl Férey. Je veux aussi découvrir Victor del Arbol et continuer la série de Harry Hole de Jo Nesbo.

    Répondre
  2. Ingannmic

    En même temps, cette profusion est plutôt bon signe ! J’ai déjà noté pas mal de titres au fil des tes billets. Janvier sera le mois du Winslow.. Et je viens de chroniquer Les mal-aimés, une belle découverte pour moi aussi..

    Répondre
  3. Matatoune

    Vra un grand, très grand lecteur ! Impressionnée par le nombre… Impossible pour moi de faire un bilan de mes lectures ! Toutes ont quelque chose à me dire encore et je ne peux faire un tri…. Belles fêtes 🎄

    Répondre
  4. Fredo

    Choix impeccable, ils sont tous là. Cela aurait été difficile de réduire la liste.
    Seul bémol pour moi, Jo Nesbo qui me semble fonctionner qu’en thriller pur, sans fond ni réflexion. Mais bon..
    Joli lapsus au passage, chez Varesi les mains sont vides (ce qui n’empêche pas qu’elles puissent être sales aussi..)

    Répondre
  5. Trane

    Magnifique bilan, beaucoup de livres encore à découvrir pour ma part. L’occasion de te remercier pour tout le travail et de te souhaiter de bonnes fêtes.

    Répondre
  6. flyingelectra

    j’en ai retrouvé certains mais oui je suis épatée par le nombre ! entre les découvertes et les retrouvailles ! moi je n’arrive plus à suivre ! je note le Neville cependant ! et la Corée du Nord avait aussi été une excellente surprise

    Répondre
  7. Alain

    Toujours aussi impressionnant, Bravo Jean-Marc !!
    Cela me promet encore de belles heures de lecture et de belles découvertes. Motivé par le Winslow mais je n’ai lu que le 1, donc je vais attendre de lire le 2 🙂
    Et il faut que je découvre del Arbol depuis le temps que tu m’en parles 🙂
    Je m’attendais à voir « My absolute darling » de G Tallent, quelle claque !!! mais c’est peut-être le cru 2018 ?
    Je te souhaite de très bonnes fêtes.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Effectivement My absolute darling est sorti en 2018, même si je l’ai lu en 2019, et ce fut une sacré claque !
      Del Arbol, si tu dois n’en lire qu’un, je conseillerais Toutes les vagues de l’océan.
      Bonnes fêtes à toi.

      Répondre
  8. Jourdan

    J’avais pas vu. Ce classement est top! Il me rappelle que je dois découvrir De Giovanni et Raul Argemi et plein d’autres. Bonne année à toi et à tes proches.

    Répondre
  9. Nicolas

    Il y a un polar italien que je ne vois pas dans ta liste.
    Peut-être l’as tu lu et pas inclu mais si tu es passé à côté il s’agit d’Une affaire comme les autres de Pasquale Ruju paru chez Denoel. Un sacré histoire se déroulant en Calabre.

    Comme je suis encore sur l’Italie, était sorti en 2018 chez Harper Collins « La nuit appartient aux amants » de Giuseppe di Piazza que je recommande chaudement.

    Meilleurs vœux pour 2020.

    Et encore merci pour cet énorme travail de défrichage qui me permet sans cesse de faire des decouvertes.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Bonjour,
      Je n’ai pas lu une affaire comme les autres, je n’en avais pas même entendu parler. Même chose pour le Harper Collins, chez qui je n’ai rien lu, sauf les Don Winslow.
      Merci pour les infos.

      Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s