La cité des chacals

Les aventures de Makana, le privé d’origine soudanaise réfugié au Caire de Parker Bilal continuent dans La cité des chacals.

BilalÇa commence comme la plus banale des enquêtes de privés, depuis que le genre existe : Makana est embauché par des parents dont le fils, étudiant, ne donne plus de nouvelles depuis trois semaines. Ça continue de façon un peu plus inhabituelle : un tête a été repêchée dans le fleuve. Celle d’un jeune homme, visiblement réfugié soudanais. Pas le genre d’affaire qui va beaucoup mobiliser la police cairote, les réfugiés peuvent mourir par dizaines, tout le monde, ou presque, s’en fiche.

Makana lui se sent une responsabilité. Et bien entendu, les deux affaires seront liées et Makana va déranger des gens très haut placés.

Vous vous en doutez au vu du résumé, ce n’est pas pour l’originalité d’une intrigue trépidante que l’on lit les romans de Parker Bilal en général, et La cité des chacals en particulier. D’autant plus que le lecteur se doute de ce qu’il se trame bien avant les enquêteurs. Mais cela ne veut pas dire que le roman n’est pas digne d’intérêt.

Car si elle n’est pas d’une originalité forme, l’intrigue est bien menée (mieux que dans le premier), et les pages tournent seules. Mais surtout elle est au service de la description de la ville, de ses habitants, de sa vie et de son évolution. On sent le froid humide de l’hiver sur la péniche de Makana, on est secoué au rythme des nids de poule, on apprécie les odeurs et les saveurs, et surtout ici on ressent la violence policière, la situation dramatique des réfugiés, et un frémissement de révolte dans la jeunesse.

Comme en plus on s’attache de plus en plus à Makana et à la petite tribu qui tourne autour de lui, c’est un bon volume, intéressant, qui donne l’impression que Parker Bilal a trouvé sa vitesse de croisière et qui donne très envie de lire la suite.

Parker Bilal / La cité des chacals, (City of jackals, 2016), Série Noire (2020) traduit de l’anglais par Gérard de Chergé.

2 réflexions au sujet de « La cité des chacals »

    1. actudunoir Auteur de l’article

      C’est une bonne série, pas tant pour les intrigues, qui sont parfois les points faibles, que pour les personnages récurrents, attachants, et surtout la description de la ville du Caire.

      Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s