Les abattus

Qu’est-ce que je vous disais sur les polars français ? Ca continue avec Les abattus de Noëlle Renaude.

RenaudeNous avons un jeune homme qui a eu une vie de merde. Famille pourrie, une mère qui ne s’occupe pas de lui, deux grands frères qui le tabassent, un père qui se casse, un beau-père au mieux indifférent. Des appartements pourris, pas de copains ou presque. Puis des boulots sans intérêt, toujours pas de potes …

Seules aspérités de cette vie morne, quand les voisins du dessus se font égorger dans leur sommeil, ou que les flics viennent poser des questions sur le frère cadet qui est devenu truand. Alors quand il disparaît du jour au lendemain, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne fait pas les gros titres.

Et voilà, je suis encore maudit. Je vais être clair, ce roman est très cohérent, original et bien écrit. Cohérent parce que l’écriture est très plate, j’ai l’impression que l’auteur veut décrire le vide de certaines vies, et elle y arrive parfaitement.

Mais vraiment, les vies vides, déjà en général ça ne me passionne pas, mais alors en ce moment, je ne peux pas. Putain, au début on a envie de secouer les personnages de leur dire de faire quelque chose, pleurer, gueuler, tuer quelqu’un, casser quelque chose, devenir cons, se révolter, voler, fracasser. Quelque chose merde. Mais non rien.

Il ne sentent rien, ne disent rien, pas d’émotion pas de réaction. Pas de souffle, pas d’ampleur, on est comme enfermés dans une médiocrité absolue. Le problème, pour moi, est que ça dure plus de 400 pages, alors ça fait long. Bref, mes collègues blogueurs sont enthousiastes, donc ça doit être bien. Objectivement, c’est bien écrit et construit ; subjectivement, je me suis profondément ennuyé.

Noëlle Renaude / Les abattus, Rivages/Noir (2020).

9 réflexions au sujet de « Les abattus »

  1. vincent

    Votre compte rendu traduit parfaitement le livre mais en ce qui me concerne j’ai beaucoup aimé ! Merci pour tout le blog passionnant.

    Répondre
  2. Fred

    J’ai pour ma part trouvé ce roman passionnant.
    J’ai été emporté par l’écriture de Noëlle Renaud. Le roman noir ne manque certes pas de belles plumes mais force est quand même de constater qu’on y trouve une majorité d’auteurs à l’écriture purement fonctionnelle et que ça finit par lasser (en tout cas, c’est mon cas).
    Ici ce n’est pas le cas, Il y a un travail impressionnant sur le rythme, sur la musicalité du texte, sur l’économie des mots et leur justesse qui m’a procuré un plaisir littéraire qui a transcendé la description du quotidien morne des personnages.
    J’ai juste une petite réserve sur la dernière partie du livre, que j’ai trouvée plaquée de manière à donner des réponses qui m’ont parues inutiles. J’aurais préféré que le roman conserve son opacité plutôt que ce dénouement qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Mais mis à part cette réserve, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Visiblement je suis le seul à être hermétique. Il est vrai que j’ai besoin qu’on me raconte une histoire, ou qu’on transmette une émotion. Et ici, malgré les qualités d’écriture, il n’y a ni l’un ni l’autre.

      Répondre
      1. Fred

        C’est surtout une question de sensibilité, je pense. Ou de réceptivité en fonction du moment.
        En ce qui me concerne, la force de ce roman m’a souvent ému.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s