Cinéma encore

Activité cinématographique intense ces derniers temps, pour soutenir les salles … En fait non, parce que j’avais enfin un peu de temps, et pour me faire plaisir. Deux films récents donc pour se faire du bien.

Effacer-01

Vous avez forcément entendu parler du premier, Effacer l’historique, de Gustave Kervern et Benoît Delépine, avec l’excellent trio Blanche Gardin, Corinne Masiero et Denis Podalydès, et quelques invités dont je vous laisse la surprise.

Ils sont trois. Ils vivent à crédit dans un lotissement moche quelque part dans le nord. Ils sont voisins mais ne s’en sont aperçus que lorsqu’ils se sont retrouvés, avec leur gilet jaune, sur le rond-point du Lidl. Et là, en plus de leurs problèmes habituels (endettement, solitude, boulot de merde …) ils ont tous les trois des ennuis avec internet. Marie parce qu’un connard a tourné une sextape et menace de la mettre sur internet et d’en avertir son fils ado si elle ne lui finance pas ses études de commerce. Christine, chauffeur pour une plateforme, parce qu’elle reste scotchée à une étoile malgré ses efforts. Et Bertrand parce que sa fille est harcelée au lycée. Mais s’ils ont pu prendre le rond-point du Lidl, ils ne vont pas se laisser emmerder par les GAFA.

Effacer-02

Tous les travers de notre société (d’avant virus) épinglés, les uns après les autres, avec un indéniable talent et grâce à l’abattage d’un trio d’acteurs exceptionnels. On rit beaucoup, on éclate de rire tout le temps, et on rit intelligent, sans jamais se moquer méchamment de ses personnages. Et comme disait l’immense Pierre Desproges, « elle est immense, mon cher, la prétention de faire rire ». D’ailleurs je vous encourage à aller lire, en intégral, ce que le maître pensait de ceux qui sous-estime le talent comique. C’est là, et c’est imparable, comme toujours.

Effacer-03

Certes, c’est un conte et il ne faut pas aller y chercher le réalisme. Mais avec son effet comique d’accumulation d’emmerdes, avec son parti pris d’en rire, grâce à son rythme et à ses acteurs, Effacer l’historique vous fera passer un excellent moment.

Le second a bénéficié de moins de pub, il faut dire qu’il est italien, et que ses acteurs sont inconnus ici. Il serait pourtant dommage de passer à côté de Citoyens du monde de Gianni Di Gregorio.

Citoyens-01

Rome, quartier du Trastevere, à la terrasse de leur café, autour d’un verre de blanc, Prof, ancien professeur de latin et de grec à la retraite et Giorgetto, glandeur professionnel, à la retraite aussi (mais de quoi ?) font une constatation simple : leurs maigres pensions leur permettent à peine de survivre, et il parait qu’en partant ailleurs, on peut vivre très décemment. Comment ils vont se retrouver associés à Attilio, rafistoleur de meubles et fan de moto ? Il faudra voir le film pour le savoir. Et où nos trois compères finiront ils leur vie ? C’est tout le sujet du film … Ou pas.

Citoyens-02

On n’éclate pas de rire ici, ou rarement, mais on sourit beaucoup. Et toujours avec tendresse. Alors oui, comme j’ai pu le lire ici ou là, on n’est pas au niveau des Fellini, Scola ou Risi. Soit. Mais on retrouve cette patte, on est bien en présence de trois Vitelloni (surtout Giorgetto), mais à la retraite cette fois. Une thématique pas souvent traitée au cinéma et ici très joliment mise en scène, en prenant son temps, sans éluder les côtés ridicules des trois nouveaux amis, en s’en moquant gentiment, mais en mettant plutôt l’accent sur leur humanité.

Citoyens-03

L’amitié, la peur, la vieillesse, le côté complètement dépassé de trois hommes seuls qui n’ont jamais quitté leur quartier face à un monde qu’il comprennent de moins en moins. Et pourtant, leur capacité à comprendre leurs semblables, à faire preuve d’empathie. Et puis, comme dans les meilleurs moments de ces auteurs latins que j’aime tant (les Montalban, Camilleri, Padura, Varesi …) de très belles scènes autour d’une table ou dans un café. Et ce n’est pas négligeable, de très belles images de Rome en général, et du Trastevere en particulier.

Cerise sur le gâteau, le final redonne une peu de foi dans notre monde, sans optimisme béat (que je ne supporterai pas), mais ça fait du bien de mettre parfois en avant les petits et grands gestes d’humanité, au lieu de d’insister uniquement sur ce qui va de mal en pis. Un moment de bonheur, dont le souvenir adoucira cette rentrée de merde.

Citoyens-04

8 réflexions au sujet de « Cinéma encore »

  1. mayer mayer

    Les 2 films sont bien. Effacer l’historique peut ne pas plaire à tout le monde. Nous étions 3 et je suis le seul a avoir aimé. Le film repose sur les acteurs (tous formidables) mais peu apparaître comme pas suffisamment construit. C’est une bonne dénonciation de la société actuelle et j’ai beaucoup ri ou souri. Citoyens du monde est clairement un film qui fait du bien, agréable à suivre et qui mine de rien dénonce également certains travers de notre société. Il rappelle les film de « l’âge d’or » due la comédie italienne (Scola, Risi, Monicelli..). Au final, 2 films tout à fait recommandables avec pour ma part une petite préférence pour Citoyens du monde.

    Répondre
  2. mousseta

    Je suis allée voir Effacer l’historique parce que j’en avais entendu beaucoup de bien et malheureusement j’ai était déçue… Si le film dénonce beaucoup de travers de la société avec humour, je trouve qu’au fond il reste très fataliste. Je m’attendais à une fin beaucoup plus « feel good » et je suis sortie de la séance presque aussi désespérée par notre monde qu’après avoir vu Dark Waters… Et puis j’ai eu beaucoup de mal avec les personnages (très bien interprétés par ailleurs). J’apprécie le fait qu’ils soient le reflet de « vrais » gens, de « monsieur et madame tout le monde », mais je les trouve pathétiques car ils se plaignent constamment et n’apprennent pas de leurs erreurs. Marie se retrouve encore une fois victime d’une sex tape, Bertrand signe un nouveau crédit à la consommation pour un truc dont il n’a pas besoin… Ils s’enlisent dans leurs problèmes et au final ce que le film nous dit (ou en tout cas c’est comme ça que je l’ai perçu) c’est « profitez des petits plaisirs parce qu’on ne peut rien contre les dirigeants de ce monde, les GAFA ou la surconsommation « .
    Bref, je n’ai pas aimé ce film et je crois que j’en suis un peu triste, parce qu’après avoir lu / entendu beaucoup de commentaires similaires au tien j’aurais aimé passé un aussi bon moment devant ce film !
    Quant à Citoyens du monde j’en ai entendu parler mais ne l’ai pas vu… A mettre sur ma watchlist.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Attention divulgachage comme on dit!

      Mais non, Marie n’est pas victime d’une sex tape, c’est ce qu’on croit, mais ce qu’ils ont fait ce sont les photos mises en ligne et que voit son fils (repense aux différents accessoires qui trainent dans la chambre)! Et puis certes, on ne peut pas abattre les GAFA, mais si tout le monde fait comme eux, et balance son téléphone, les GAFA disparaissent. Donc ce n’est pas si négatif et pessimiste.

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s