Chernobyl

Vous avez sans doute remarqué que je n’ai pas trop le temps de regarder de séries. C’est pourquoi les mini-séries me vont bien, et j’ai pu voir l’intégrale des … 5 épisodes de Chernobyl. Que je recommande chaudement.

Pour les plus jeunes, qui n’ont pas vécu cet épisode, dans le nuit du 26 avril 1986 le réacteur n°4 de la centrale atomique de Chernobyl, en Ukraine à l’époque partie de la grande URSS, explose alors que les équipes sur place déroulent un test.

Deux ans plus tard, Valeri Legassov, directeur de l’institut Kourtchatov de l’énergie atomique se suicide en laissant un jeu de cassette où il a enregistré la vérité sur ce qu’il s’est passé cette nuit-là.

Mais revenons au 26 avril 1986. Les personnes en charge de la centrale commencent par nier l’ampleur de la catastrophe, prétendant avoir affaire à un simple incendie, que des pompiers de la ville voisine de Prypiat viennent tenter d’éteindre. Des lances à incendie contre une bombe atomique …

Des minutes précédant le drame au procès des responsables de la catastrophe, nous allons suivre au fil des cinq épisodes les efforts de Legassov et de Boris Chtcherbina, alors vice-président du conseil des ministres de Gorbatchev, pour essayer de limiter les dégâts et éviter l’apocalypse, souvent contre une hiérarchie intermédiaire qui se couvre, et malgré les efforts du KGB qui veut absolument étouffer l’affaire. Nous suivrons aussi les efforts des scientifiques soviétiques pour comprendre ce qu’il s’est passé, le calvaire de ceux qui ont vécu les premières heures de l’explosion, et le courage inouï de ceux qui ont permis de limiter au mieux les conséquences de l’explosion.

Une série passionnante.

Sur la forme, c’est très bien joué, le scénario parfait, digne des meilleurs polars permet à tous, dans le dernier épisode du procès, de comprendre ce qui est vraiment arrivé à Chernobyl. Et vous savez comme les anglo-saxons savent parfaitement mettre en scène, rythmer et filmer un procès. Les décors sont impressionnants, la reconstitution des lieux, à Chernobyl et à Moscou, des ambiances, des costumes est parfaite. On prend donc un plaisir immédiat, le plaisir de voir une histoire très bien racontée et très bien jouée. Attention quand même aux âmes sensibles, sans tomber dans le voyeurisme, sans faire du gore inutile et sensationnalisme la série montre ce qui arrive à ceux qui étaient tout près et qui ont pris les radiations de plein fouet.

Sur le fond, c’est extrêmement riche. Inutile d’énumérer tout ce qu’on peut apprendre de passionnant, toutes les émotions qui vont vous secouer. Sans jamais donner de leçon pénible, c’est très pédagogique et vous saurez comment marche un réacteur nucléaire, et pourquoi celui-là n’a pas marché.

Vous allez trembler en vous rendant compte combien on est passé, tous, très près, vraiment très près d’une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Vous allez vous rendre compte qu’il y a nombre de héros dont on ne connait pas le nom qui ont sauvé des millions de vies. A ce titre les scènes avec les mineurs qui vont venir travailler sur le site sont exceptionnelles.

Vous allez rager en voyant l’inertie des petits chefs, la saloperie des secrets d’état, la chape de plomb d’un régime et en même temps la chance qu’on a tous eu que cela tombe sous la présidence de Gorbatchev, et que Legassov et Chtcherbina soient aux manettes.

Si vous avez des gamins grands (grands ados au moins), regardez avec eux, vous pourrez ensuite en parler pendant des heures.

L’intégrale en DVD coûte environ 20 € si vous ne la trouvez pas en streaming, pour cinq heures passionnantes, c’est un bon prix.

PS. Sinon, oui, j’ai aussi attaqué sérieusement The Wire, Sur écoute en français, et oui c’est absolument génial, je vous en reparle quand je la termine.

36 réflexions au sujet de « Chernobyl »

  1. Françoise

    Je l’ai vue presque 2 fois d’affilée. Une fois seule, une fois avec ma fille. C’est une pure merveille.
    Des moments très durs évidemment, mais la réalisation et les interprètes sont parfaits.

    Répondre
  2. Sabau

    Je ne suis pas en général fana des films ou série sur des catastrophes mais vous n’étes pas la première personne à m’en dire du bien donc je vais m’y mettre.Pour The Wire j’ai avalé les 5saisons avec grand plaisir
    Ps:connaissais vous un site pour acheter des livres d’occasion? car je ne suis pas très fortuné et je peut permettre d’acheter 2 ou livres par mois.
    je suis votre blog depuis plusieurs année et je trouve vos article très pertinent

    Répondre
  3. Trane

    C’est noté. J’aime bien le format mini série aussi. Pour the wire , c’est juste une des meilleures séries que je connaisse avec les Soprano et Treme que je place très haut. Mais je ne suis pas un expert.

    Répondre
      1. Sabau

        la première saison de true détective est vraiment très bien,les deux autres saisons m’ont déçut par contre une série anglaise qui m’a enchanter est « killing Eve »

  4. Ortiz

    Interessant à regarder en complément d’une lecture que j’avais faite depuis peu « La supplication  » de Svetlana Alexievitch. Des témoignages poignants de rescapés de la catastrophe de Tchernobyl.

    Répondre
      1. Ortiz

        Ah très bien,c’est une excellente lecture ,certes difficile emotionnellement, mais captivante. A rapprocher de la catastrophe de Fukushima en 2011,sur une même échelle de gravité.

      2. actudunoir Auteur de l’article

        Je n’ai jamais vu d’émission, ou lu d’enquête sur ce qu’il c’est passé exactement à Fukushima, et je ne sais pas si on est passé aussi près de l’apocalypse.

  5. hlebret

    Comme je suis plus paresseux que toi, je vois plus de séries que je ne lis de romans policiers. The wire, je pense que ça reste le meilleur de ce que j’ai vu mais Chernobyl est aussi excellent. Dans un style moins réaliste (ni historique, ni sociologique), je ne peux que conseiller la série danoise The Killing et son héroïne Sarah Lund. Bon la série 1 a vingt épisodes.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Hello. Je note The killing, je crois que ça passe sur Arte. Et il y a aussi Treme, génial. Mais The wire est exceptionnel, je crois que je serai très malheureux quand j’arriverai au bout (je suis dans le dernier tiers de la saison 4).

      Répondre
  6. Françoise

    The Killing (version danoise bien sûr, éviter à tout prix le remake américain, catastrophique) est une des meilleures séries policières que j’aie jamais vues. Mais personne ici n’a vu Peaky Blinders ?

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Mes gamins sont fans absolus. Moi j’attends pour m’y lancer, déjà de terminer the wire. En plus pour le lecteur de polar, quand tu vois qui a participé aux scénarii … Pelecanos, Price, Lehane ! Difficile de faire mieux dans le genre polar urbain.

      Répondre
      1. Jean

        « Peaky Blinders » est absolument génial : une des meilleures séries de la décennie !
        Je trouve que The wire date un peu…mais j’avais adoré à l’époque !

      2. actudunoir Auteur de l’article

        Vade retro satanas, the Wire est absolument, totalement et intemporellement génial. Du moins pour moi qui le vois pour la première fois.

    2. Choup

      j’adore Peaky Blinders, et j’ai adoré The killing, fantastique série…quel dommage qu’elle se soit arrêtée après seulement 3 saisons! en fait j’adore les séries danoises, il faut remercier Arte de nous les présenter!

      Répondre
  7. Éric Forbes

    Côté série policière, je recommande fortement River, une série anglaise avec Stellan Skarsgård l’interprète de Boris Shcherbina dans Chernobyl.

    Répondre
      1. Jean

        Un lien vers une critique que je partage : https://www.senscritique.com/serie/Years_and_Years/critique/214118074
        et je me suis tapé toute la série…
        « au lieu de vraiment parler de politique-fiction ou de société de demain, « Years and Years » passe son temps à vérifier qu’elle a bien coché toutes les cases de l’inclusion et de l’intersectionnalité. Ainsi retrouvera-t-on au sein de la famille Lyons : un couple interracial, une femme handicapée, un couple homosexuel masculin, un couple homosexuel féminin (…et interracial ! Double-check !), deux gamines métisses et un enfant engendré par don de sperme… qui se révèlera également être asiatique ! (Combo !) : visiblement la série n’a que ça à nous proposer donc elle s’étale sur tous ces détails en long en large et en travers, n’oubliant pas de bien normaliser et standardiser tout le monde, multipliant les discours qui nous expliquent que c’est cool d’être handicapée, qu’un couple gay c’est vraiment tout pareil qu’un couple hétéro normalisé et que tromper une femme noire avec une femme blanche, quand on est blanc, eh bien ça se fait vraiment trop pas !  »
        Encensée par les Inrocks, donc à fuir…

  8. Choup

    je crois que je vais acheter l’intégrale dvd, ça semble être une série à garder. (j’ai lu récemment le roman de Morgan Audic, et sur l’après, c’est aussi glaçant.)
    je viens de finir les 3 saisons de The Killing, vraiment très bonne série danoise. Pas encore vu The wire…qui semble, elle carrément exceptionnelle.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Très bon achat en perspective.
      J’ai commencé The killing (juste deux épisodes pour voir), c’est bien fichu, j’y prends du plaisir, mais rien à voir avec l’enthousiasme et l’addiction de The Wire. C’est pour moi comme comparer un bon thriller bien fichu que l’on prend du plaisir à lire, mais que l’on oublie assez vite, avec le trilogie de Don Winslow, on n’est pas dans la même catégorie.
      Je sais que je vais être très très triste quand je vais terminer The Wire, comme je l’ai été en finissant Treme.

      Répondre
      1. Choup

        je te comprends. D’autant que la première saison de The Killing n’est pour moi pas la meilleure.
        c’est difficile de finir – et donc abandonner – les personnages d’une très bonne série…courage! 😉

  9. Le Noir

    Bonjour,
    J’ai cru lire que tu regardais The Wire en français mais j’ai certainement mal lu…
    J’achète aussi beaucoup de livres d’occase (un peu compliqué pour suivre l’actualité) et je fréquente les sites cités (Rakuten, Recyclivre, Momox et Gibert), essayez de privilégier les sites d’origine et faîtes attention aux frais de port, d’assurances, d’adhésion…
    J’ai trouvé La Supplication de Svetlana Alexievitch magnifique (6€83 sur Momox, par exemple).

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s