Les pionniers

Une petite (grosse) pause dans la lecture des polars pour me plonger dans un western recommandé par plusieurs blogs : Les pionniers de Ernest Haycox.

Le roman commence dans la tempête. Un convoi de quelques centaines de colons a quitté le Missouri et se dirige vers l’Oregon, de l’autre côté des montagnes, dans une zone où la terre est encore libre. Mais avant de s’installer il faudra faire traverser des fleuves, supporter le froid, le vent et la neige. Dans le groupe, un médecin, une majorité de paysans, et quelques anciens trappeurs qui ont l’habitude de se déplacer en terrain inconnu.

Puis une fois sur place il faudra choisir ses terres, tenir l’hiver jusqu’à la première récolte, commencer à organiser routes et écoles, chasser pour survivre, côtoyer des indiens, nouer des alliances, s’entraider malgré les différences, se heurter aux premières agressions …

Impossible de résumer ce long roman foisonnant. Pendant une année, des derniers jours du voyage à la première récolte, nous allons vivre la vie d’une vingtaine de personnages, représentatifs de la variété de pionniers. Les anciens trappeurs, ceux qui vont s’adapter à la vie sédentaire et au remplacement de la chasse et l’aventure par l’agriculture, et ceux qui ne pourront accepter les contraintes  associées, les parents qui ont abandonné une vie entière, et les jeunes qui voient dans l’Oregon un vrai début, un instituteur, un croyant fanatique, des jeunes femmes qui ont la vie devant elles, de moins jeunes qui souffrent du poids du patriarcat, une veuve …

Nous allons vivre les ébauches d’une organisation sociale, le racisme envers les indiens, l’intolérance, le poids de la religion, un mélange d’individualisme et de très fort sentiment de la collectivité. Nous allons connaître les pensées, les rêves, les espoirs, les regrets, les scrupules d’hommes et de femmes amoureux, malades, fatigués, émerveillés ou découragés.

Nous verrons la nature encore sauvage, et celle que l’homme commence à domestiquer à l’intérieur des barrières qu’il dresse.

Celles et ceux que nous suivrons se montrerons tour à tour bornés ou clairvoyants, figés dans de vieilles certitudes, intolérants, mesquins, courageux, héroïques, plein d’abnégation et prêts à se sacrifier pour aide leur voisin. Il y aura des amours, des bagarres, des morts et des fêtes.

Au travers de cette année, c’est à la fin d’un ouest sauvage, à l’arrivée des clôtures et des lois que nous convie l’auteur.

Le roman est lent, une importante part est accordée aux réflexions des personnages, à leurs doutes, à leurs interrogations. Habituellement je préfère les récit faisant moins la part à l’introspection, mais ici l’ambition du projet, son souffle, emportent l’adhésion.

Les imbéciles insupportables diront que Les pionniers est « plus qu’un western ». C’est simplement un grand et beau roman.

Ernest Haycox / Les pionniers, (The eartbeakers, 1952), Actes Sud/L’oust, le vrai (2021) traduit de l’aanglais (USA) par Fabienne Duvigneau.

14 réflexions au sujet de « Les pionniers »

  1. Alain

    Les quatre tomes de The Big Sky, de A.B.Guthrie (La captive aux yeux clairs, La route de l’ouest, Dans un si beau pays, L’irrésistible ascension de Lat Evans). je pense. C’est vrai que les Guthrie sont nombreux, de quoi se mélanger les prénoms !

    Répondre
  2. Julien

    « La captive aux yeux clairs » décrit bien la période précédente des trappeurs (à laquelle Lockyear et Burnett ont participé) qui prend fin avec l’installation progressive des colons.
    J’ai trouvé la narration de Haycox plus fluide que celle de Guthrie dans « la captive aux yeux clairs » même si ce dernier m’a laissé une grosse impression de beauté mélancolique durant les jours qui ont suivi la lecture. Un beau souvenir également.

    Répondre
  3. Zorglub

    Il faut que je me décide à lire A. B. Guthrie , dont les trois premiers volumes de la tétralogie sont dans ma bibliothèque…

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s