Là où chantent les écrevisses

Une pause dans la lecture SF pour un passage en pleine nature avec Là où chantent les écrevisses de Delia Owens.

Depuis la moitié des années 50 Kya, qui est encore une enfant, vit seule dans une cabane au milieu des marais, en bordure de la côte Atlantique, proche de la petite ville de Barkley Cove en Caroline du Nord. Elle est connue comme la « fille des marais », sauvage et analphabète. Abandonnée par sa mère et ses frères et sœurs qui ont fui la violence du père, elle a fini par rester seule au départ de celui-ci. Seul Tate, un jeune adolescent s’intéresse à elle et vient la voir régulièrement, jusqu’au moment où il part pour l’université.

Des années plus tard, en 1969, le corps de Chase Andrews, la « star » de la ville est découvert au pied d’une vieille tour. Un événement qui va obliger Kya à sortir de son isolement.

Globalement un bon roman, mais qui pour moi comporte deux parties (imbriquées) assez inégales.

Tout ce qui concerne la description du milieu naturel, ainsi que les débuts de la vie de Kya et ses premiers échanges entre amitié, amour naissant et apprentissage littéraire et scientifique avec Tate est très bon. Delia Owens est biologiste, cela se sent, elle arrive à transmettre son amour de la nature et passe beaucoup d’informations sans jamais être didactique.

Par contre la partie enquête, les dialogues entre les flics, le déroulement de l’affaire, les relations dans la petite ville, et le dénouement gentillet ne sont pas au niveau. Les dialogues en particuliers sont très scolaires, et quand on a trop lu de romans de Craig Johnson, Ed McBain ou autre Elmore Leonard, ces dialogues à eux seuls arrivent à vous faire parfois sortir du roman, le temps de retourner dans le marais.

Pas mauvais donc, mais il y a du travail pour passer au niveau au-dessus. A moins de laisser tomber la partie policière pour se concentrer sur le fameux « nature writing ».

Delia Owens / Là où chantent les écrevisses, (Where the crawdads sing, 2018), Seuil (2020) traduit de l’anglais (USA) par Marc Amfreville.

11 réflexions au sujet de « Là où chantent les écrevisses »

    1. actudunoir Auteur de l’article

      J’avoue que j’ai comparé (peut-être à tord) à American Darling, et j’ai trouvé que c’était très très loin. Et les flics ne m’ont pas semblé crédibles.

      Répondre
      1. belette2911

        Je ne connais pas American Darling, quand aux flics, tu sais, on a parfois affaire à des… heu… comment dire… pas à des foudres de guerre 😆 (non, non, ce n’est pas du vécu) :/

        Après, ça reste le ressenti de chacun…

      1. sbaillymarchand

        Oui

        Quand le libraire de Sarzeau m’a conseillé ce livre, j’aurais dû me méfier, la jaquette aurait dû me faire craindre le pire..
        Bon alors oui on parle de nature, le bayou en l’occurence et visiblement l’auteur en est fascinée, c’est bien joli mais cela ne fait pas une histoire.
        Ça commence plutôt bien mais ensuite cela se gâte
        Le comportement de l’héroïne est incompréhensible
        Les autres personnages agissent aussi de façon invraisemblable, complètement caricaturaux (les très méchant et les très gentils)
        l’intrigue policière cousue de fil blanc est totalement prévisible
        le déroulement du procès est d’un ennui mortel
        Des poèmes parsèment le roman, d’une platitude inouï
        Une espèce de bluette assez proche de la collection Harlequin ..si vous aimez ce type de littérature, foncez; sinon, il y a bien mieux!
        ce n’est que mon avis mais je le partage 😀

      1. actudunoir Auteur de l’article

        le livre m’a été conseillé, je ne me fie jamais aux bandeaux, en général ils ont sur moi plutôt l’effet contraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s