Rentrée de merde

C’est vraiment le blues en ce moment, un bouquin bof dont je ne parlerai même pas, un autre abandonné au bout de deux chapitres, un film calamiteux, et L’âme du fusil d’Elsa Marpeau, encensé sur les blogs, qui m’a ennuyé. Rentrée de merde.

Depuis qu’il a perdu son boulot Philippe s’ennuie. Sa femme Maud travaille beaucoup dans le grand restaurant local, son fils Lucas 16 ans reste planté devant son téléphone, et lui n’a plus qu’à attendre les soirées du dimanche avec ses potes et l’ouverture de la chasse. Jusqu’à ce qu’un parisien vienne s’installer dans la maison voisine.

Philippe commence à l’espionner, pour protéger sa famille de cet étranger, et petit à petit le voyeurisme tourne à la fascination. Qui ne pourra déboucher que sur le drame.

Je n’ai rien d’objectif à reprocher à ce roman, sauf, mais c’est vraiment accessoire, que je ne crois pas un instant à l’impunité totale qui y est décrite, mais je n’en dirai pas plus pour ne rien déflorer de l’intrigue. Je suis même d’accord avec les louanges sur la cohérence entre l’écriture et le propos, sur la noirceur.

Mais en fait je m’en fous, et ça m’ennuie profondément. Aucun des personnages ne m’intéresse ou ne me touche. Ils sont petits, mesquins, individualistes, chiants. Ils n’ont aucune force, aucune révolte, aucun panache. Ils m’emmerdent.

Sont-ils le reflet d’un pays représenté par des Zemmour et des Philipot ? D’un pays qui laisse crever son système de santé, son système éducatif sans broncher mais qui descend dans la rue parce qu’on lui demande de se faire vacciner, quand des pays entiers pleurent de ne pas avoir accès au vaccin ? Sans doute. Il se trouve que c’est un pays qui me déprime assez au quotidien pour que j’ai envie d’en rajouter une couche littéraire.

J’ai vu des comparaisons avec les romans américains se déroulant dans le Appalaches. Sauf que les Appalaches c’est imposant, intimidant ; la Beauce c’est plat. Les patriarches de là-bas font peur, ceux d’ici se mettent un slip sur la tête pour enterrer une vie de garçon. Avouez que c’est moins romanesque et que ça manque un peu de force. Bref ça m’ennuie. Désolé.

Elsa Marpeau / L’âme du fusil, La Noire (2021).

Sinon le film calamiteux que vous pouvez éviter malgré des critiques élogieuses des journaux parisiens c’est France de Bruno Dumont. Que c’est long et nul ! Des plans fixes interminables sur le visage de Léa Seydoux qui chouine, une musique absolument atroce, des décors qui donnent envie de vomir, un personnage joué par Biolay insupportable de prétention, un accident filmé comme un pub pour bagnoles, des péripéties auxquelles on ne peut pas croire un instant, le tout autour du personnage de France donc, une connasse finie sans la moindre force ou grandeur, juste une merde qui fait un sale boulot mais n’est même pas capable de la faire salement et voudrait qu’on la plaigne.  Seule Blanche Gardin, résolument drôle, cynique et pourrie de façon assumée surnage. Plat, long, nul.

36 réflexions au sujet de « Rentrée de merde »

  1. Françoise

    Oh la la tu n’avais pas lu les critiques pour France ? Elles sont d’une unanimité touchante pour le traiter de navet, même pas de nanar, juste de ratage intégral.

    Quant à Elsa Marpeau j’avoue que tu me fais plaisir : j’ai essayé d’en lire, ça m’est toujours tombé des mains tant je trouve cela superficiel. Mais, justement, à propos d’unanimité, tes collègues blogueurs-euses avaient fini par me coller le doute à propos de celui-ci, tellement ils et elles le couvrent de louanges. En plus la collection donne envie. Mais je vais me ranger à ton avis : cette rentrée offre suffisamment de tentations pour que, même sans ça, je dévalise mon libraire dès cette semaine.

    Répondre
  2. Dan

    Bien d’accord ! Films et livres de rentrée de la daube… Que font Vargas, Lemaitre, Craig Johnson et les autres ? Au boulot quoi merde !

    Répondre
  3. Marilys Cogo

    Ouf au moins on sait ce qu’on ne lira pas, et ne verra pas.. Attendons de quoi nous donner du punch pour septembre .
    En ce moment j’ai tendance à la déprime, actualités aidant.

    Répondre
      1. Marilys Cogo

        Merci
        Ceci dit j’ai regardé les critiques du film France..elles sont pour la plupart excellentes ( le monde, libé, la croix , l’humanité etc)

  4. Michèle PAMBRUN

    Ce qui me touche beaucoup quand je vous lis c’est votre positionnement politique. Lucide, courageux. Ça fait un bien fou. Et bien sûr vos positionnements littéraires itou. Merci

    Répondre
      1. Michèle Pambrun

        Je parle du courage moral de parler contre la doxa. Si un maximum de gens s’offusquait de la casse du système de santé, de l’école, de tous les services publics, ça se saurait.

  5. Trane

    Je suis soulagé, car je n’ai jamais réussi à lire Marpeau. Je ne dis pas que c’est mauvais mais je n’accroche pas.
    Avec Paulin et Robecci la tu me tentes beaucoup.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Marpeau ne fait pas partie de mes auteurs favoris, c’est certain, et elle est toujours un peu sur la corde raide. Quand le sujet qu’elle traite m’intéresse, ça passe, et je lui reconnais une écriture originale et aboutie. Après, le prochain roman de Paulin sur la répression à Gènes pour le G7 me fait beaucoup plus saliver, c’est certain.

      Répondre
  6. Ingannmic

    Trop tard, je suis allée au ciné lundi… moi aussi j’avais lu de bonnes critiques de presse généralement plutôt fiables mais là, je te rejoins (je crois que le summum c’est quand même l’accident, dont on se demande ce qu’il vient faire là, à part peut-être de caser dans le film une esthétique du froissage de tôle, mais même ça c’est raté !!)… dire que je m’attendais à un film intelligent sur les dérives du journalisme (ah ! ah !).
    Bon, et j’espère que tes prochaines lectures et tes prochaines toiles te redonneront le moral !

    Répondre
  7. Caroline Masseron

    Oui l’accident de voiture est d’autant plus mauvais qu’on ne comprend absolument pas le sens de « l’évasion » du père et du fils. Mais il y a encore pire, je trouve, c’est l’épisode du boat people. Globalement, ce film est même douteux politiquement: il fait injure aux journalistes qui risquent parfois leur vie quand ils mènent des enquêtes et font des reportages dans des zones très dangereuses. Ainsi le journaliste du Monde qui a enquêté sur les armes chimiques en Syrie. Quelle déception de la part de Bruno Dumont. La satire contemporaine ne lui convient apparemment pas.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      L’épisode des réfugiés … Je ne sais pas ce qu’il est censé représenter. Une saloperie à la BHL de plus ? Mais qui va croire que des passeurs vont accepter de se faire filmer ? Et qui de Dumont ou du personnage est assez con pour croire qu’un prof de latin peut se payer une cure dans une clinique privée en Suisse ? Des exemples comme ça il y en a des tas. Pathétique.

      Répondre
      1. Caroline Masseron

        Oui, c’est vrai j’avais déjà oublié le prof de latin en cure. Bon, mais finalement c’est un journaliste payé par sa boîte?

  8. Cousteix

    Bonjour,
    Avant tout merci pour toutes ces offres de lectures.
    Vous avez le moral dans les chaussettes ?
    Et bien lisez de toute urgence le dernier livre de Lydie Salvayre, « Rêvez debout ».
    Ce n’est pas un polar mais une ode à la littérature, un appel à la résistance !
    Et puis aussi « Miracle à la combe aux Aspics », un roman, sorti tout frais de cette année, chez Noir Blanc. Complétement déjanté, loufoque avec rires garantis à chaque page. De quoi donner la pêche !
    Bonne lecture.

    Répondre
  9. flyingelectra

    oh je découvre ce film « France » ! je suis à la ramasse côté ciné, et puis j’avoue : j’aime pas Léa Seydoux et ça date pas d’hier du coup, je me déplace pas au cinéma pour elle. Je suis allée voir les critiques sur un site connu, les médias l’aiment (certains l’encensent) mais les spectateurs beaucoup moins (2 étoiles sur 5) donc ta perception est la bonne !
    Merci pour le fou rire pour le livre : oui, pareil j’ai du mal avec les personnages qui m’emm… quand on ne s’attache pas. C’est pour cela que je lis très peu de romans français, je trouve les personnages soit égocentriques, soit juste ennuyeux… Bref, merci pour l’info !
    Pour les manifestants, et leurs discours de ouf – j’éteins le son dès qu’ils en parlent (et 175 000 c’est 0,37% de la population…) – j’ai un peu halluciné en voyant une amie guadeloupéenne me montrer toutes les vidéos qui circulent disant que tout va bien là-bas, qu’il y a aucun malade, ni de mort liée au virus … et que si on se vaccine, on se transforme en cheval.. et qu’il suffit de boire la soupe de mamie pour être protégé.. le pire c’est que mon amie y croyait un peu !
    bref, j’ai poussé mon coup de gueule aussi. Moi la rentrée, je l’aime uniquement pour aller acheter un nouvel agenda et sinon, j’ai reçu le dernier Sam Millar, tu le liras ?

    Répondre
  10. Jourdan

    On dirait qu’il y a une accélération au niveau de la vaccination. Les gens commencent à prendre conscience qu’il faut passer par là, espérons que ça va continuer.
    Niveau roman, on attend le dernier Victor Del Arbol, et le dernier Padura que j’ai vu en Vo. Il doit être traduit je crois. Mieux se projeter sur des valeurs sûres .

    Répondre
  11. Harryhausen

    Pas grand chose à voir, mais une question me turlupine: je n’ai pas vu sur votre blog d’articles concernant Greg Iles (peut être que je n’ai pas trouvé l’entrée, hein !); de mon côté, je viens d’entamer la trilogie de Natchez, je suis pas loin d’être totalement emballé, et je sais qu’un nouveau bouquin est arrivé il y a quelques semaines.

    Donc je pose ma question à 2 euros: vous êtes passés à côté (ce qui pourrait sauver votre rentrée) ou vous n’aimez pas (ce qui m’attristerait 😉 )?

    Répondre
  12. Moreau Roland

    Merci pour ce commentaire sur « France », mais cela ne me dégoutte pas d’y aller. Car Bruno Dumont a réaliser quelques bons films et c’est un réalisateur que je suit. Pour aller dans votre sens, j’avais essayé de regarder « Petit Quinquin » et j’ai laissé tomber. Donc je suis pas un inconditionnel, mais je recommande « Camille Claudel ». Par ailleurs « France » aborde la question des médias actuels et j’ai envie de voir comment le réalisateur traite le sujet.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s