Deux beaux héros hardboiled en BD

Cela fait un bon moment que je n’ai rien écrit sur les BD que je lis. Par flemme essentiellement, mais aussi parce que je ne trouve pas aussi facilement les arguments pour vous convaincre. Une petite exception cependant pour deux excellents polars, dont l’un n’a vraiment pas besoin de moi.

Commençons par celui-là justement, l’incontournable 6° tome des aventures du privé le plus souple et félin du monde polar, j’ai nommé BlackSad de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido. Il revient, enfin, avec Alors, tout tombe, première partie.

BlackSad est contacté pour protéger une taupe, patron du syndicat des travailleurs du métro et de ses souterrains. Le maire de la ville met le paquet sur les ponts et la voiture et délaisse complètement les transports en commun et la taupe a appris qu’un contrat avait été mis sur sa tête, peut-être par la mafia des belettes. Des profondeurs des tunnels aux magouilles de haut vol des plus riches de la ville, en passant par le milieu du théâtre, notre matou préféré va encore trancher la société dans le vif, de haut en bas.

Superbe hommage au film et au roman noir, magnifique utilisation des clichés, dessins somptueux que demander de plus ? Juste qu’on n’attende pas 8 ans pour avoir la suite. Petit conseil, inspiré par ce volume, le récit qui tourne, entre autres, autour des travailleurs souterrains et des affrontement syndicat / mafia m’a refait penser à l’excellent roman de Thomas Kelly, Le ventre de New York que je vous recommande chaudement, si on le trouve encore.

Deux autres auteurs qui connaissent parfaitement et aiment le roman et le film noir, et qui savent parfaitement jouer avec ses codes sont les deux américains Ed Brubaker et Sean Phillips, auteur, entre autres, du superbe Fondu au noir. Les voilà avec le premier tome d’une trilogie, mettant en scène un personnage hardboiled dans la meilleure tradition : Reckless.

Ethan Reckless était membre d’un groupe politique d’extrême gauche quand il était étudiant. Jusqu’à l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient qui l’a laissé sans souvenirs de quelques jours, et surtout dans l’incapacité à ressentir la moindre émotion. Depuis il exploite un vieux cinéma avec une assistante. Mais il a aussi une autre activité, arrivée un peu par hasard. Son numéro de téléphone est connu dans certains cercles, et si on a un problème auquel on ne veut pas mêler la police, on peut appeler ce numéro. Suivant la nature du problème, Reckless peut décider de s’en occuper. Jusqu’à ce que son passé le rattrape, et qu’une ancienne connaissance fasse appel à lui.

Construction et thématiques archi classiques pour les amateurs de privés dur à cuire. Mais le classique, quand c’est bien fait, c’est le pied. Et là c’est très bien fait. Découpage impeccable, distillation fine des éléments du passé de Reckless, maîtrise parfaite du suspense et des coups de théâtres, et une mise en page et un dessin qui rappellent et rendent hommage de bien belle façon aux grands du film noir. Le pied disais-je. J’attends le tome 2 (chaque aventure est indépendante) avec une grande impatience.

Juan Diaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessin) / Blacksad / Alors, tout tombe, première partie, Dargaud (2021), traduit de l’espagnol par Christilla Vassero.

Ed Brubaker (scénario) et Sean Phillips (dessin) / Reckless, Delcourt (2021), traduit de l’anglais (USA) par Alex Nikolavitch.

11 réflexions au sujet de « Deux beaux héros hardboiled en BD »

  1. cush

    Le tueur est une série de bd des espagnols Jacamon et Matz. On y suit les aventures d’un tueur professionnel. C’est d’un cynisme jouissif, notamment ses digressions sur l’état du monde et la condition humaine. Il y a deux cycles. Dans le second qui est en cours, le tome 3 sort aux alentours du 11 novembre, le tueur est contraint de travailler pour les services français dans une ville portuaire du nord de la France dirigée par un maire corrompu et démago au possible.

    Répondre
  2. Ortiz

    Concernant la 1ere BD, mon fils s’était arrêté à Amarillo. C’est très bien fait et les animaux humanisés ça peut ne pas plaire à priori mais les dessins sont particulièrement réussis et le scénario pareil.

    Répondre
  3. Guillaume La Tchèpe

    Il y a eu Pulp aussi qui était pas mal cette année de Brubaker et Phillips. Pour 2021, je place pour l’instant Contrapaso (Dupuis) en numéro un de ce que j’ai lu en BD (dans une veine polar historique).
    En tout cas, je trouva ça super d’élargir de temps en temps ce blog aux autres supports du noir (ciné, bd, série, comics,..).
    A très bientôt avec je l’espère une critique du nouveau Don Winslow ; )

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      J’ai bien aimé Pulp aussi, mais j’ai préféré Reckless. Pour le Winslow, il va d’abord falloir que j’aille l’acheter, et dans l’immédiat je n’ai pas trop le temps de trainer dans mes librairies préférées.

      Répondre
  4. cush

    A tous ceux qui adorent les Blacksad, je vous signale la série en cours Le chateau des animaux (2 tomes parus pour l’instant). Comme dans les aventures de notre félin préféré, les protagonistes sont ici exclusivement des animaux. Le dessin de Felix Delep y est somptueux. Et côté scénario on a du lourd. C’est librement inspiré de La ferme des animaux de George Orwell (mais pas que) avec Xavier Dorison (un des meilleurs scénariste français en bd) à l’adaptation.
    https://www.actuabd.com/Le-Chateau-des-animaux-la-nouvelle-reference-pour-la-bande-dessinee-animaliere

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s