Vision aveugle

Suivant un conseil de libraire (il faut toujours suivre les conseils de libraires), je me suis attaqué à un roman de SF dense, exigeant et passionnant : Vision aveugle de Peter Watts.

2082. Sur une Terre où les humains sont presque tous augmentés et où les contacts charnels ont quasiment disparu, plus de 60 000 objets venus d’on ne sait où se consument en même temps dans l’atmosphère non sans avoir émis un puissant signal électromagnétique. Le gouvernement de la Terre conclut immédiatement à une exploration par des extraterrestres.

Quelques années plus tard, le vaisseau spatial Thésée est envoyé avec à son bord cinq personnes pour tenter de trouver la source de cette menace potentielle. Siri Keeton, le narrateur, dont le cerveau est incapable de ressentir l’empathie sera le témoin chargé de faire une synthèse. Isaac Szpindel, biologiste, modifié pour pourvoir s’interfacer avec les machines. Susan James, linguiste, qui abrite dans son cerveau 5 personnalités différentes, le Gang. Amanda Bates est la militaire du groupe, capable de diriger instantanément une armée de robots. Et Jukka Sarasti, le commandant, prédateur ultime, fait partie des vampires ressuscités depuis peu par le génie génétique. Vampires que les hommes tiennent en laisse pour utiliser leurs capacités uniques, bien supérieures à celles des pauvres homos sapiens qu’ils sont.

Leur but, entrer en contact, comprendre et/ou détruire la menace qui s’est approchée de la Terre.

L’édition actuelle proposée par Le Belial, comprend également une préface de l’auteur écrite pour l’occasion, une postface contenant des notes et références, et une nouvelle. Elle est agrémentée de fort belles illustrations de Thomas Walker.

J’ai lu ici et là sur les blogs les plus pointus en SF que l’on avait là un chef-d’œuvre. Et à la lecture je comprends pourquoi, même si ma connaissance très lacunaire de la SF ne me permet pas d’en juger. Je peux par contre donner un avis, comme toujours, très subjectif.

Quelques petites choses à savoir pour commencer. Autant certains ouvrages de SF peuvent plaire à des lecteurs qui, a priori, n’aiment pas le genre, autant là ils peuvent tout de suite passer leur chemin. Et c’est une lecture exigeante, qui demande pas mal d’heures de cerveau très disponible et pas trop fatigué.

Comme on dit communément, ici on est tout de suite dans le dur. 400 pages denses, très denses, explorant quantité de thématiques habituelles pour le lecteur de SF aguerri mais potentiellement rebutantes pour le néophyte. Humanité augmentée, voyage dans l’espace, premier contact, avancées de la science … Auxquels on peut ajouter une réflexion sur la conscience et l’intelligence (qui me semble le centre du projet de l’auteur, pour ce que je peux déduire de ma lecture, et c’est en partie confirmé par la postface), sur la supériorité ou non de l’homme sur la machine, sur l’évolution, la linguistique … Ajoutez une pincée de fantastique à la sauce SF avec une version du vampire originale et très cohérente et la nécessité d’avoir un minimum de bagage scientifique pour comprendre certaines séquences dans l’antre de l’Alien …

Heureusement l’auteur ne se contente pas d’aligner les théories et les références, il les a digérées et les distille au travers d’une intrigue parfaitement menée. Vous l’aurez compris, c’est très riche, très intelligent et on referme le bouquin avec pas mal de sujets de réflexion et l’impression d’être un tout petit peu moins bête.

Mais, car il y a un mais, pour moi le roman à le défaut de toutes ses qualités. S’il est intellectuellement très stimulant, il lui manque de l’émotion. A part quelques flashbacks concernant les difficultés relationnelles du narrateur, on ne ressent pas grand-chose pour ou contre les personnages. Pas de curiosité ou d’empathie pour la schizophrénie de la linguiste, pas d’attachement à la guerrière pourtant originale, aucune peur, pas de frisson quand apparaît le terrible Jukka … Et finalement une grande curiosité intellectuelle pour savoir comment cela va finir, mais sans stress, sans joie et sans larmes.

C’est de toute évidence le but de l’auteur, c’est comme cela que je l’ai ressenti, je ne regrette absolument pas cette lecture particulièrement enrichissante et stimulante, il faut juste le savoir avant d’ouvrir le bouquin, histoire de ne pas être déçu.

Peter Watts / Vision aveugle, (Blindsight, 2006), Fleuve Noir (2009) puis Le Bélial (2021) traduit de l’anglais (USA) par Gilles Goulet.

7 réflexions au sujet de « Vision aveugle »

  1. cush

    Je l’avais lu il y a quelques années et j’avais vraiment aimé. Après c’est vrai que ce n’est pas un bouquin qu’on peut lire à la plage ou avec quelqu’un qui discute à côté. C’est de la hard science exigeante. Mais toutes les questions qui en résultent valent largement l’effort consenti.
    J’avais lu également Vision aveugle du même auteur et ta remarque sur les personnages y est moins vraie même si l’auteur ne privilégie pas beaucoup cet aspect.
    Au cas ou, voici un lien pour télécharger gratuitement un guide des genres de la SFFF écrit par Apophis himself ! C’est au format epub.
    https://www.fnac.com/livre-numerique/a12849921/Apophis-Guide-des-genres-et-sous-genres-de-l-imaginaire

    Répondre
  2. rationsdevie

    Bonjour et encore merci pour toutes ces rations de livres,
    Un GROS coup de coeur pour ce premier roman de Cory Anderson.
    Paru chez Fleuve Editions en septembre 2021.

    Idaho au coeur de l’hiver.
    Jack et Ava, tous les deux dix-sept ans n’auraient jamais du se rencontrer.
    Et pourtant…
    Jack se retrouve seul à s’occuper de son petit frère Matty.
    Devoir se nourrir, se protéger du froid…survivre.

    Son père en prison détient un secret : le butin de son braquage est caché quelque part.
    Jack lui rend visite en prison afin d’en savoir plus…en vain.

    Ava est sur les traces de ce même butin. Son père avait-il participé à ce braquage ?

    Un livre qui fait froid dans le dos, chauffé à blanc de dialogues percutants.
    Un roman au suspens oppressant.
    L’ombre fugitive d’un Cormac McCarthy éclaire le ciel noir…

    Le tout peint d’une écriture sensible et généreuse !

    A lire absolument !

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s