Sarah Jane

Une fois de plus, après le magnifique Willnot, James Sallis touche en plein cœur avec Sarah Jane.

Sarah Jane débarque dans la petite ville de Farr. Elle sait cuisiner, elle a été dans l’armée, elle se retrouve à travailler avec Cal, le shérif. Et quand celui-ci disparait du jour au lendemain, c’est elle qui prend sa place, sans forcément le vouloir. En plus des disputes domestiques, des problèmes de bagarres liées à l’alcool et des infractions au code de la route, elle devra s’occuper de la disparition de son ancien chef. Et puis son passé pourrait bien la rattraper.

Comme dans Willnot, si vous recherchez des intrigues tordues à souhait, ou des thrillers plein castagne et de retournements de situation, ce roman n’est pas pour vous. Je suis d’ailleurs bien en peine de dire pourquoi il m’a autant fasciné et ému.

En apparence, il ne s’y passe rien, ou presque, il n’y a pas de suspense ou de tension, ou presque. On vit au rythme d’une petite ville tranquille, auprès d’une narratrice à laquelle on s’attache immédiatement. Tranquille mais non sans violence. Une violence larvée, sous-jacente, qui surgit sans préavis, et qui n’est jamais mise en scène.

C’est sans doute l’humanité de l’auteur, par la voix de la narratrice, l’attention qu’elle porte à ses semblables, sa fatigue parfois, sa force également, ses moments de doute et de lassitude, ses petits bonheurs qui m’ont tellement touché.

Un roman tout en finesse que l’on referme heureux et apaisé d’avoir passé quelques heures à Farr, en compagnie de Sarah Jane.

James Sallis / Sarah Jane, (Sarah Jane, 2019), Rivages/Noir (2021) traduit de l’anglais (USA) par Isabelle Maillet.

12 réflexions au sujet de « Sarah Jane »

  1. Jeff8

    Je note les deux derniers livres de Sallis; j’ai toujours eu du mal (que cela m’en parait bizarre ) à entrer dans ses romans; j’ai aimé Drive comme film mais le roman ne m’a pas emballé comme Un tueur se meurt.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Il n’est pas toujours facile de rentrer dans ses romans, et par le passé certains m’ont complètement laissé dehors. Mais là j’ai adoré les deux derniers, qui sont aussi très particuliers je te le concède. Autant je sais que je peux conseiller certains auteurs à tout le monde, autant avec Sallis ça passe ou ça casse.

      Répondre
      1. belette2911

        Je suis comme Jeff8, j’ai eu du mal avec ses romans, j’en ai laissé tomber (John Turner) et j’ai moins envie de lire les autres (Lew Griffin).

        C’est peut-être le bon roman pour recommencer avec Sallis, qui sait ?

      2. actudunoir Auteur de l’article

        j’ai moi-même eu un peu de mal avec certains romans des deux séries que tu cites. Willnot et Sarah Jane sont très différents, Drive aussi d’ailleurs. Si tu veux tester, ce sont de bons romans que essayer de nouveau.

  2. Jeff8

    J’ai noté à lire les deux derniers quand même,j’avais lu que Pouy le considérait comme un des meilleurs auteurs,et pourtant j’en lis des romans noirs mais lui…

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s