6 réflexions au sujet de « Pour les toulousains »

  1. Ortiz

    Aie! Disons qu’il n’est jamais facile de se mettre à nu dans un roman.
    Quelqu’un qui l’a lu aussi me disait qu’il aurait dû profiter des influences italiennes de ses parents au lieu d’afficher une amertume pour eux à qui on ne pouvait reprocher de parler la langue de leur pays,l’exil leur ayant déjà tout pris ,et leur ayant appris à tout supporter,(on pense à la mère de l’auteur).Voilà pour cette voix discordante.
    Mais personnellement je trouve qu’il a su transformer les choses douloureuses en quelque chose de positif, par l’écriture et en ce sens j’ai aimé ce récit .

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s